AccueilAccueil  Présentation  Charte  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
La guilde est officiellement fermée.
Merci à tous !

Partagez | 
 

 Chapitre 2 - Driving with hell

Aller en bas 
AuteurMessage
Myncer

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 09/06/2010
Localisation : Origin

MessageSujet: Chapitre 2 - Driving with hell   Mar 26 Juil - 22:36

Alors que je sympatisais en tentant d'en découvrir plus sur ma charmante compagnie, Shawiia figea soudain son expression. Je su que c'étais trop tard, quelqu'un me frola et un éclair éclata dans ma tête. Etourdit je ne pu rien faire d'autre que fixer mon regard vers les jambes de l'individu qui s'éloignait d'une démarche conquérante avant de se retourner.

Tout mon être venait de passer en alerte rouge, je sentais une puissante douleur dans mon crâne et une insistante paralysie qui m'empêchait de lever mon regard vers la silhouette sombre. Une douleur plus précise en haut de ma nuque m'indiquait qu'on avait surement tenté de m'assomer avec une crosse ou un truc du genre... ce qui était presque le cas. Comment n'avais je rien détecté plus rapidemment ? Peut être les beaux yeux de Shawiia la Twi'lek avait eu plus d'effet qu'il n'y paraissait, en tout cas elle avait quittée mon chant de vision étoilé.

En pleine confusion je fis mécaniquement l'inventaire de mes fonctions opérationelles restantes telle une "check list" de bord pendant que quatre puissants bras me soulevèrent. Le ballotement de mon blaster ne répondait plus, mes membres supérieurs étaient KO, mes jambes ne répondaient qu'à moitié... j'entrevis la table des joueurs de Pazaak à ma droite et bascula de toute mes forces et de tout mon poids dans cette direction en lançant mon pied au niveau des genoux de mon garde du corps de droite.

L'humain qui me retenait à ma droite fut surement surpris et bascula avec la grâce d'un Bantha bourré jusqu'à la moelle vers la table en question. Les cartes valsèrent au ralentit dans le tourbillon de ma vision au milieu d'un concert du jurons. Les Niktos réagirent immédiatement en rouant de coup l'intrus, un tir de blaster partit du bar vers le plafond, surement le complice que j'avais entrevu qui fut interrompu par un des occupants du bar.

Deux puissantes mains raffermirent leurs emprises sur mon bras gauche, je tenta de répéter l'opération à sa gauche et chancelant mon nez s'écrasa sur le torse métallique de l'armure mon garde du corps à gauche. Une odeur étrange de brulé et de sang séché perça mes narines qui me laissa une drôle de sensation au creux de l'estomac. Je me mordis violement la langue et repris une partie de ses esprits pendant que le gout familier du sang se répandait dans sa bouche. Ne voulant en rester là, mon talon écrasa le pied de mon adversaire, et pendant que mon bras gauche se contorsionnait à la limite de ses capacités pour se libérer de l'emprise, l'autre palpait fébrilement les hanches. Un renflement au niveau de la ceinture attira mon attention et mes doigts enclenchèrent le mécanisme de la grenade. L'adversaire s'en aperçu une seconde trop tard et me repoussa à terre.

Sentant l'adrénaline pulser dans mes veines, je couru à quatre pattes comme un Kuret au milieu d'un troupeau de d'Ikopi au grand galot. A peine arrivé à la sortit vers la sortie. L'explosion me projeta contre la carlingue d'une motojet rouillée...

Quasi assomé, les liguaments du bras gauche en feu, piétiné, les oreilles siflantes, je mis un certains temps pour reprendre mes esprits et me reveilla sur le siège arrière d'un gros landspeeder rugissant la mort, surement un ancien taxi trafiqué vu la configuration. De grosses goutes d'un liquide noir poisseux explosaient par intermitence sur mon visage, mon comlink m'avertissait d'un message, et les embardées régulières du véhicules me projetaient d'un bout à l'autre de la banquette moisie.

Apercevant le pilote, je me rendis compte qu'il s'agissait du Devish vu au bar qui zigzaguait maintenant à toute allure entre les fondations d'une sorte d'usine en ruine. Il ne paraissait pas en bon état et un flot noirâtre important suintait de sa cage thoracique et m'éclaboussait. Je n'eu pas le temps de faire une expertise poussée de la situation farfelue, ni vraiment m'interroger sur le temps durant lequel j''étais inconscient, car un tir de blaster le percuta de plein fouet et il me bascula dessus. Avec un pincement au coeur je vis rebondir son blaster qui tomba hors du véhicule juste avant de manquer de justesse un empalage par une de ses cornes.

Je bondis tant bien que mal vers les commandes pour tenter d'en reprendre le contrôle, tout en jetant un coup d'oeil sur une motojet avec un humanoïde en armure qui nous poursuivait, puis évita de justesse un énorme pilier de permabéton. Slalomant entre les tirs de blasters, je me lança dans une rapide analyse,: le résultat était sans appel, le landspeeder n'avait ni la puissance (les voyants des répulseurs clignotaient en rouge), ni la maniabilité de distancer mon foutu poursuivant. Je choisi donc une allée assez étroite et vira sèchement à droite à pleine puissance, l'aile avant raclant le sol , la motojet arrêta de tirer pour négocier la trajectoire dans une tempête de poussière. Puis j'enclancha la marche arrière d'un coup sec, en me mettant légèrement en travers, ne laissant aucune chance. Surpris la motojet percuta le landspeeder projetant son pilote à 5 mètres de là contre une vieille cuve.

Mes jambes arrivèrent à déambuler jusqu'à lui, cet enfoiré désarticulé bougeait encore faisait mine de choper son blaster lourd. Je ramassa un gros tube rouillé qui trainait et lui régla son compte sans sommation. Son arme vint se caler grossièrement dans mon holster et malgré mon état je me sentis revigorifié, restait de fonctionnel qu'un medipack standard et quelques crédits mais à peine de quoi se payer 5 ou 6 holodanses et peu d'indice pouvant me mettre sur une piste.

J'avais maintenant besoin d'informations concernant le bordel dans lequel je me trouvais.

J'extirpa mon passager de la carcasse du véhicule afin de l'examiner. Il puait le Bantha crevé à tel point que je du retenir ma respiration en ouvrant le medipack pour chercher le lot d'injecteurs. J'activa l'écran de diagnostic et compris grosso-merdo la réputation pas volée qu'avait cette race. Ces salauds possédaient deux flux sanguins dépendants de deux organes qui irriguaient à vitesse constante le sang, d'où l'impossibilité d'une accélération cardiaque provoquant l'excitation allant avec l'alcool ou la drogue. Ainsi, les Devaroniens guérissaient plus vite que la plupart des humanoïdes. Le sang était de couleur noir et comportait de l'argent au contraire d'une majorité de fer comme dans la plupart des espèces, ce qui ne permettait pas de contenir suffisamment d'oxygène. Pour compenser ce manque, les Devaroniens pompaient davantage le sang grâce à leurs deux organes... autant dire que cela me compliqua la tâche, et pas qu'un peu. J'y passa un temps fou mais je réussi à stabiliser son état en stoppant quelques émoragies et soignant les deux importantes brulures de blaster.

Shawiia m'avait laissé un message avec une adresse mais je n'étais pas sur de son implication dans l'affaire, ce qui me laissais dubitatif. Il reprit conscience pendant que je massais la douloureuse base de mon crane avec du cryogel.

"Merci l'ami, tu l'as eu ?"
"Ouais c'est réglé je l'ai fini disons façon "old school". Bref tu te doutes que j'aurais quelques questions à te poser concernant ce bordel mais il faut qu'on s'arrache de là fissa"
"Mon commanditaire est Shawiia faut que tu..." articula t'il péniblement
"Te fatigue pas, elle m'a contacté, je ne savais pas quoi faire de son message, mais si tu es de mêche avec elle, j'vais peut bien y faire un tour. Dit moi plutôt ce que tu sais sur elle pendant que j'essaye de retaper ton landspeeder"

Pendant qu'il débitait un flot initerrompu d'informations je faisais trie entre l'inutile, les blagues à 2 crédits, les jurons et certaines choses intéressantes. Je réussi part ailleurs à faire un réparrage de fortune pour réutilisé le landspeeder en ruine en réaffectant l'énergie des propulseurs pour alimenter les répulseurs... mais la marche arrière était la seule option.

La situation était plutôt ridicule et attiraient les regards qui ne savaient trop si il fallait sourire ou s'inquiéter. Nous avançions lentement à reculons à la vitesse d'un Hutt, tel deux abrutis à demi conscients dans une désormais sorte de barge branlante, les répulseurs de traviol, que nous nous rendîmes à la vitesse d'un Hutt. Néanmoins nous arrivâmes de nuit au point de rendez-vous et j'eu le temps d'en apprendre beaucoup plus sur la belle Shawiia qui s'avérait décidément de plus en plus intriguante
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/myncer
 
Chapitre 2 - Driving with hell
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Hell Achéron, futur Doyen Tourmenteur
» Chapitre SM perso: mes "Doom Dragons"
» Grimoire d'un Esprit de L'Ombre - Chapitre I - II - III

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Quartiers de l'équipage :: "Les Marqués" :: Myncer-
Sauter vers:  
Design réalisé par DesignWeb Studio Plus
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit