AccueilAccueil  Présentation  Charte  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
La guilde est officiellement fermée.
Merci à tous !

Partagez | 
 

 Les Traitres

Aller en bas 
AuteurMessage
Alek Sturn
Heros de la Cabale


Messages : 910
Date d'inscription : 07/06/2010
Age : 29
Localisation : Dans l'armurerie

MessageSujet: Les Traitres   Dim 17 Oct - 15:59

Noir. Tout était noir, je ne sentais plus mon corps, plus de souffrance et je m’abandonnais peu à peu à cette sérénité depuis longtemps non éprouvée.

Et puis d’un seul coup une prise de conscience m’atteint, où est-ce que je me trouvais, dans un transport pour une nouvelle mission d’après les souvenirs qui me reviennaient petit à petit, et puis la voix paniquée du pilote dû à un problème d’incendie.
Un crash ! Et dans l’obscurité j’entendis une autre voix dans ces ténèbres, plus insistante, plus déterminée qui essayait de me ramener :

«  Alek ! ALEK ! Merde c’est pas le moment de taper un somme feignasse ! » Et puis un choc.
 
Je me réveillais, le dos contre un rocher, et remarqua très vite que nous étions entourés de rochers.
En face de moi Houlvers venait, d’après la douleur que j’éprouvais au visage, de me frapper la joue à l’aide de sa main cybernétique.

« Bon retour parmi les vivants mec ! » me lança-t-il.

« Qu’est-ce qui s’est passé ?» demandais-je.

« On a été touché en vol, le pilote a perdu de l’altitude et nous a ordonné de sauter hors du vaisseau, toi tu as été assommé du fait des secousses de l’appareil, le reste de l’escouade sont soit restés dans l’appareil soit se sont écrasés lors du saut. Toi, moi et le jedi qui nous accompagne sommes les seuls survivants et c’est surtout grâce à lui. »

Un jedi ! J’avais complètement oublié que l’un d’entre eux nous avait accompagné. La mission était pourtant simple : repérer toute activité d’un groupe de dissidents, une dizaine de miliciens armés de blaster voulant se prendre pour des mercenaires d‘après nos informateurs.
Une mission de routine pensai-je alors, et me voilà avec Houlvers et le jedi comme seuls rescapés.

Ce dernier était un Quarrien, il ne m’avait pas encore adressé la parole, c’est peut être pour ça que je l‘avais oublié, il portait la bure traditionnelle de son ordre, mais par contre s’il était maitre ou chevalier je n’en savais rien vu qu’on l’appelait « Monsieur ».
Tout en me relevant je remercie le jedi qui se trouvait un peu plus en contrebas, en train de consulter un holopad, comme seule réponse j’obtenu un haussement d’épaule.

Après quelques instants, le jedi vint à notre rencontre pendant qu’Houlvers et moi révisions nos armes : un fusil blaster d’assaut AXM-50 (avec son cher lance-grenade pour moi) , et un fusil blaster de précision X-35 pour Houlvers.

« Nous devons continuer vers le nord, d’après nos informations le camp rebelle se trouve dans cette direction. La roquette qui nous a touchés venait aussi de cette même direction. On en a pour 2 heures de marche à peu près . »

« Oui, Monsieur ! » avons-nous répondu.

2 heures de marche ! Il est marrant lui, avec notre barda, nos armes et un terrain rocailleux à traverser, on va à peine le sentir passer, mais c’est çà la vie de soldat, les conditions ne sont jamais favorables sinon on serait au courant depuis le temps.

Après une heure de marche, ponctuée de quelques glissements de bottes, nous arrivions à une large gorge, l’escalade étant impossible dû à la raideur des parois, nous décidâmes de la traverser tout de même. Quelques grottes se trouvaient sur les côtés, j’osa poser une question :

« Ces grottes là . Où mènent-elles ? »

« Ce sont d’anciennes mines , me répondit le jedi, les gens qui vivaient ici travaillaient toute leur vie dans ces mines pour pouvoir fournir la république dans des conditions plus que dangereuses . Le conseil essaya de faire pression au sénat pour que le gouvernement local améliore les conditions des mineurs, en vain. »

« Dites donc vous connaissez bien ce rocher perdu, monsieur » commenta Houlvers.

« J’étais responsable de cette mission, çà doit être pour cette raison qu’il m’ont renvoyé sur cette planète… malheureusement. » conclut-il avec une expression bien sombre, sa mission s’était mal finie, pensai-je, mais à quel point ?

Je préféra ne pas lui demander, il ne donnait vraiment pas l’impression de vouloir s‘étendre sur le sujet.

Quand soudain, m’arrachant à mes réflexions, un tir vînt me frôler la tête.

« Embuscade ! » criai-je .

Les miliciens nous attaquaient, ils sortaient des grottes se situant un peu plus loin devant nous, je répliqua instinctivement mais constata que notre position était beaucoup trop découverte.

« Par là !, hurla Houlvers tout en désignant une grotte à notre droite, Allons-y sinon ils vont nous descendre sur place ! »

Je ne sais pas par quel miracle, mais ma course sur les rochers ne finit pas en chute mortelle; mais au moment où nous arrivions à l’entrée de la grotte, une détonation éclata au-dessus de nos têtes.

La paroi s’effondrait sur l’entrée et sur nous de surcroit. Alors que je me préparai à me faire écraser par un de ces rocs, rien ne se passa, hormis le jedi qui tendait les mains vers les rochers, il les retenait à l’aide de sa « force », sans en attendre davantage Houlvers et moi terminions notre course dans la grotte pour une relative sécurité, qui ne dura pas.

En effet des miliciens embusqués nous attendaient. Ma dernière vision avant de recevoir une décharge paralysante c’est l’image du jedi s’écroulant au sol, une fumée s’échappait de ses côtes.


Foutue journée, un crash, un kidnapping et tout çà alors que j’étais avec un jedi, ils en rajoutent trop à leur sujet au mess.

Je revins petit à petit à moi, sentant de nouveau un rocher contre mon dos et mes mains liées. Nous étions dans leur base, une caverne assez large, l’éclairage était fait à l’aide de néons qui devaient leur servir autrefois en tant que mineur.
Houlvers était à côté de moi et regardait à sa gauche:

« J’ai raté quelque chose ? » demandais-je.

« Eh bien, t’as pris ton temps, sans détourner son regard, pour faire court le jedi se fait salement tabasser par les miliciens, j’ai l’impression que çà a un rapport avec la mission dont il nous a parlé. »

« Je vois pas trop comment on va s’en sortir cette fois. »

« Je te le fais pas dire. De plus, ce qui ressemble à leur chef suggère l’idée de nous abattre devant lui. »

« Quoi ? Et çà te fait pas réagir ? Tu prend le même ton pour me dire le menu du soir ! »

« On doit bien mourir un jour tu sais. Et puis… je te l’ai jamais dit avant mais depuis notre première mission et ma blessure, j’m’en suis jamais vraiment remis, les cauchemars, les regrets, j’ai perdu l’envie de vivre, je souhaiterais tant en profiter mais j’en peux plus, quelque chose s’est brisé en moi. »

« Je sais pas ce que t'a pris avant ou si ils t'ont torturé, mais on a pas le temps pour se genre de conneries Houlvers. Avec ton bras, tu peux pas casser tes liens? »

« Non je peux pas, ils ont court-circuité mon bras ces salauds ! »

« T’inquiète pas on v… »

Je fus coupé par la chute du jedi , il venait d’être jeté par les miliciens juste à nos pieds.

« Je devrais de tuer, cracha leur chef, en te soutenant pour pouvoir aider nos familles, tu les as condamné !  Ta république n’as rien fait et tout s’est empiré ici, mon petit frère y est mort par ta faute ! Jamais j’aurais du te croire! »

« Je ne pensais pas…, s’efforça le jedi, ….. je ne voulais pas…… je pensais que le conseil ferait entendre raison au sénat mais ils ont refusé…… la guerre passait avant tout pour eux et le blocus des mandaloriens n'a rien arrangé.»

« Tu avais promis ! Tu nous avais promis ! La liberté, l’avenir de nos enfants, et qu’est-ce qu’on a eu au final ? RIEN ! Je vais te faire comprendre ce que çà fait de perdre quelqu’un. »

Sur ces mots, le chef sortit un pistolet et le braqua sur Houlvers et moi.

«  Lequel je tue? Vas y dis le moi ! A moins que je choisisse pour toi ? »
Il me visa, Houlvers avait raison, la mort arrive un jour ou l’autre.

« Non ! » cria le jedi.

Par lâcheté je ferma les yeux, quand j’entendis la détonation mon cœur s’arrêta net puis je sentis un poids tombé sur mes genoux.

Quand je rouvris les yeux, le corps inerte de Houlvers était sur moi.

« Eh bien, il devait tenir à toi pour s’être jeté devant toi. » lâcha le chef.

Non pas lui, pas Houlvers, pas comme çà.

« SALAUDS !, hurlai-je, Je vais te faire la peau enfoiré ! Tu vas regretter de ne pas avoir rejoint ton petit frère ! »

L’air décontenancé, le chef me pointât avec son pistolet.

« T’aurais dû éviter de dire çà. »

« ASSEZ !» , cria le jedi.

Et je vis le groupe de mercenaires projeté en arrière, puis je sentis mes liens se défaire, et le jedi me lança:

« Sauves ta vie, fuis! »

« Hors de question ! » rétorquai-je.

Me redressant, les mains libres, je ramassa le pistolet de leur chef qui lui avait échappé des mains et abattis un à un les miliciens, sans prendre en compte aucune de leur supplique ou demande.
Après 15 minutes de massacre, je me retrouvais face à leur chef désarmé, entre temps j’avais récupéré mon fusil ce qui avait largement aider à ma vengeance.

« Attends… aattt…att…attends laisses moi en vie ! Tu vas pas me tuer comme ça? » implora-t-il.

« Et Houlvers salaud ! Je crois pas que tu lui aies demandé son avis . Tu es un traitre, un meurtrier et tu veux la vie sauve ? »  répondis-je.

«  Soldat arrêtez, intervint le jedi, ce bain de sang doit cesser, il y a déjà eu trop de morts. »

Après quelques instants qui parurent durer une éternité, j’abaissa mon arme.

« Vous pouvez marcher seul monsieur? »

« Ca devrait aller. »

Puis je désigna le chef et lui cracha :

« Quant à toi ! Tu vas nous suivre et tu vas porter Houlvers à l’extérieur, c’est compris ? »

« Ou… oui. »balbutia-t-il.
 
Une fois à l’extérieur, et après s’être éloignés de la grotte d’une dizaine de mètres, j’interpella le «chef» et expliqua :

«  Tu vas laisser Houlvers ici. Toi, tu vas retourner dans ta grotte et attendre une heure avant d’en sortir et si jamais je te revois, t’es un homme mort. »

Il déposa Houlvers tout doucement et partit en courant vers la grotte.

«Vous avez bien fait .» consentit le jedi.

«Pas encore.» répliquai-je.

Ma grenade allât exploser au dessus de l’entrée et l’avalanche provoquée écrasa le rebelle dans un cri de panique.

« Qu’avez-vous fait ? Il n’était pas nécessaire de le tuer .» il m’agrippât le bras pour ponctuer ses propos.

Je me dégagea de sa prise et lui envoya un coup de crosse en plein visage, en se relevant il me regarda interloqué.
Pour répondre à la question qu’il devait se poser je lui fis un rappel:

« Cet homme était un traitre de la république, il s’est ouvertement rebellé, a abattu notre appareil, tuer tous nos soldats hormis moi, et a bien failli vous tuer vous aussi. Et vous osez me dire qu’il fallait le laisser vivre ? Remettez vous en cause jedi, sinon vous ne survirerez pas à ce conflit. »

Je rangea mon fusil, et mis le corps de Houlvers sur l’épaule.

« Vous êtes fou, la force ne demande pas çà, on nous inculque de régler les conflits sans aucune violence. » protesta-t-il.

« Je suis pas un jedi moi, rétorquai-je, je suis un soldat, on avait une mission, nous l’avons accomplie, retour à la base. »

Le chemin de retour vers la zone de récupération se fit dans le silence le plus total.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Les Traitres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Quartiers de l'équipage :: "Les Marqués" :: Le Hall des Héros :: [Héros] Alek Sturn-
Sauter vers:  
Design réalisé par DesignWeb Studio Plus
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit