AccueilAccueil  Présentation  Charte  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Nous sommes heureux de vous accueillir sur notre Holoforum, bonne visite !

Pour plus d'informations sur Heimatlos, vous avez notre présentation et notre charte à votre disposition.
La guilde est officiellement fermée.
Merci à tous !

Partagez | 
 

 Journée tranquille sur l'Heimatlos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Salao

avatar

Messages : 1674
Date d'inscription : 07/06/2010
Localisation : Sur le pont de commandement, à hurler sur tout ceux qui peuvent l'entendre.

MessageSujet: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mar 5 Oct - 23:57



    -BORDEL ÇA ARRIVE CE TRANSFERT ?!

    -Tout de suite Commandant ! Jax, synthétiseurs d’énergie à 87 % !

    -J’envoie ça sur les déflecteurs tout de suite !

    -Escadron 3, attention secteur B12 à 13 heures !

    -Kazy, j’veux deux canonniers en plus au troisième niveau ! Et tout de suite !

    -Bien Commandant ! Appel groupement 4, besoin de deux « big shooter » au niveau 3 !

    -On y court Kaz’. Ça tient toujours ce dîner ?

    -Si tu restes en vie, on verra.

    -Vous croyez vraiment que c’est le moment de déconner ? PUTAIN Nyk gaffe aux capteurs tertiaires !

    -Désolé Commandant…

Alek et Salao vociféraient des ordres au milieu de l’anarchie ambiante du pont de commandement. Partout les ingénieurs hurlaient pour se faire entendre de leur communicants, tressautant à chaque explosion passant un peu trop près des baies blindées de la passerelle. Les boucliers tenaient bons, pour l’instant. Chaque tir de turbo-laser faisait diminuer peu à peu l’énergie alimentant les protections de l’Heimatlos, c’était à celui des deux monstres d’aciers qui maintiendrait sa cadence de tir et empêcherait le plus de chasseurs ennemis d’abimer son vaisseau. Au dehors, on pouvait voir les chasseurs légers de la République et de l’Empire, ainsi que quelques transporteurs modifiés (petits bijoux de contrebande ou de chasse à l’homme) filer dans l’espace, lâchant des grappes de rayons lumineux dévastateurs.
Salao était appuyé des deux mains sur les écrans du centre de la pièce, un air grave et passablement énervé sur le visage. Les holo-rapports lui envoyaient sur le visage les reflets des états des structures de l’Heimatlos. Ce n’était pas bon. Pas bon du tout. Si ça continuait comme ça, dans quinze minutes les boucliers seraient tombés et trente secondes plus tard, on pourrait dire adieu au vaisseau et à son équipage. Alek quand à lui regardait par-dessus l’épaule de deux techniciens chargés de comm’ avec les artilleurs. Il tripotait un détonateur thermique nerveusement à sa ceinture, tout en beuglant de temps à autres des ordres aux autres gérants de la passerelle. Les deux troopers se jetaient des regards inquiets et équivoques régulièrement. Ce qui les tira de leur concentration, ce fut Nyk, le nautolan aux communications, qui les interpella en ôtant son casque d’écoute.


    -Commandants ! Kreshtar demande à vous parler !

    -Passe-le nous dans les hauts parleurs.

    -Ok.


On entendit un bruit de moteur a travers le comlink , ponctué de jurons variés et de bruits d’explosion.


    -Kresh tu nous reçois ?

    -Ouais, ouais !

    -Qu’est ce qui se passe dehors ?



* * *


Le contrebandier enchaînait les manœuvres dans son chasseur léger, en trifouillant de temps à autres des voyants et des boutons un peu partout dans le cockpit. Il portait ses vieilles lunettes de pilotage, par habitude, et un casque comlink pour garder le contact avec L’Heimatlos. Une clope à moitié consumée pendait à ses lèvres. La voix des deux troopers sur la passerelle retentit alors dans ses oreilles. Sa réponse ne se fit pas attendre.

    -C’est un vrai bordel, p’tain ! Mange ça enfoiré ! (Il appuya violemment sur les gâchettes derrière le volant de pilotage, touchant sa proie dans les systèmes de refroidissement du réacteur. Une fumée blanche s’échappa du vaisseau adverse, qui explosa quelques centaines de mètres plus loin.) Pff… Ouais, les impés nous empêchent d’approcher assez près pour abîmer leurs boucliers. Ils ont sortis l’artillerie lourde cette fois-ci, leurs pilotes sont doués.

Kreshtar activa les stabilisateurs de tir, et fit faire à son vaisseau une pirouette, exécutant par là même un demi tour, et esquivant le tir d’un chasseur qui lui collait au basques depuis un petit bout de temps.

    -Mais pas autant que moi…


Le dit chasseur n’eut pas le temps de réagir face au contrebandier qui le pilonna de tirs par l’avant. Il explosa dans une gerbe de débris, son adversaire traversant les flammes à toute vitesse.

    -Kresh ?

    -Ouais, deux secondes… le temps de sortir de cette merde… (Il s’éloigna un peu du gros des combats). J’sais pas trop, mais j’crois bien qu’ils préparent un truc tordu. Ils ont pratiquement pas sortis de bombardiers, et il me semble bien avoir vu des chasseurs rentrer dans le croiseur après avoir balancé leurs merdes sur les boucliers.

    -Tu penses à quoi ? Hey toi là, fait gaffe à…

    -J’en sais trop rien, mais ça ressemble méchamment à un abordage. Faudra pas vous étonner si ils stoppent le tir quand les boucliers seront tombés.

    -Un abordage ? Mais pour quoi foutre ?

    -Ca mon pote, faudra voir avec eux quand ils seront dans nos couloirs.

    -Ok, on va se préparer à ça. Essayez de repousser les transports, mais faites pas de zèle ; Si ça chauffe, vous rentrez illico presto.

    -Bien reçu.


* * *

    -J’ai horreur de ça.

    -Calmez-vous Major, on va bien finir par nous demander quelque chose.

    -Rester là à rien faire, alors que des hommes à nous crèvent dehors…

    -Maître Diath a raison. Pas la peine de s’énerver pour rien.

    -Quand j’aurais besoin de ton avis je te sonnerais, Tavkin.

    -Au fait, ou est passé Galnar ?

    -Il a parlé de rejoindre les autres au niveau 2 je crois.

Le comlink sur le pectoral du soldat grésilla. Il s’empressa d’appuyer dessus et dit à haute voix :

    -Tavkin à l’écoute.

    -Ici le pont. D’après nos infos, il se pourrait que les impés préparent un abordage. Restez à votre niveau, nos chasseurs essayeront de vous indiquer où les transports frapperont le plus rapidement possible.

    -Bien reçu, terminé.

Tous se regardèrent d’un air sceptique. Pourquoi prendre autant de risques alors qu’ils pourraient les pulvériser ? Le vaisseau sith était sorti de l’hyperespace par surprise et avait commencé à tirer bien avant l’Heimatlos, prenant du même coup un sérieux avantage dans la bataille.

    -Vous vouliez de l’action Major, vous êtes servie.


* * *

    -10 contre 1 que ça marchera pas…

    -Tenu.

Galnar et Betry se tenaient derrière les sièges de pilotage de la navette, pilotée par Cesix et Thisys. Suite à la menace d’un abordage, la Cabale avait convenu d’envoyer leur propre navette s’introduire dans le vaisseau ennemi. Le calcul était simple : si l’abordage impérial avortait, le croiseur ennemi ne tarderait pas à rouvrir le feu, et à réduire l’Heimatlos en poussière stellaire. Et si c’était ce dernier qui continuait de tirer sur eux, alors ils annuleraient sûrement toute l’opération et le résultat serait le même. Il fallait donc cesser le feu dès que les boucliers seraient tombés, et préparer la contre attaque le plus discrètement possible pour neutraliser le vaisseau ennemi.

    -Il ne reste plus qu’à espérer que ce qu’ils cherchent est trop important pour qu’ils annulent leur abordage en détectant le notre.

    -On va avoir très peu de temps.

    -Il faut avant tout s’occuper de neutraliser leur armement.

    -Et prier pour que notre équipage tienne bon…

    -J’ai confiance en eux, ça ne devrait pas trop leur poser de problème.


Un bruit particulier leur fit tourner la tête. Au travers de la baie du cockpit, ils virent un chasseur sur leur droite, dont le pilote les interpellait de la main, une cigarette au bec. Ils reconnurent leur compagnon et réglèrent le communicateur sur sa fréquence.

    -Alors camarades, parés ? Vous feriez mieux d’jeter un coup d‘œil devant vous.


Ils s’exécutèrent, et un air grave s’installa sur leurs visages. En effet, plus loin dans l’espace, le croiseur impérial avait cessé le feu, et plusieurs vaisseaux moyens sortaient de ses hangars.
Le soldat Betry sortit alors du cockpit et balaya la salle qui s’offrait à lui d’un large regard.

    -Les gars, j’espère que vous êtes prêts. Pour l’Heimatlos !

    -POUR L’HEIMATLOS !, scandèrent en cœur la vingtaine d’hommes et de femmes armant leurs blasters et lustrant leurs sabres lasers.


* * *

    -Commandant, nos boucliers ont lâchés. Nos radars détectent une multitude de transports se dirigeant vers nous.

    -Sans déconner ? On va enfin entrer dans le cœur du problème…

Salao saisit son blaster à la ceinture, et vérifia la contenance de son chargeur. Rassuré, il le rengaina et attrapa son DC-11A posé près de l’entrée du pont. Puis il quitta la salle, sous les regards silencieux de l’assemblée.
Alek contempla l’ensemble des hommes, femmes et autres espèces de la passerelle.

    -On ne sait pas ce qu’ils veulent, mais il y a de fortes chances qu’ils viennent le cherche ici. Alors je veux que chacun d’entre vous ait une arme à portée main, et soie prêt à défendre chèrement ce pont de commandement.
    (Il se tourna vers un homme en particulier et lui lança un pack d’explosifs)
    Et si il n’y a plus d’espoir de victoire, je compte sur vous pour avoir les c… le courage nécessaire.


Puis il vérifia le nombre de grenades pendant à son flanc, et sortit à son tour de la salle.
Les techniciens se regardèrent un instant, avant de retourner à leur boulot. Il y avait une incursion à repousser, et des combattants à guider.
Les deux commandants déambulèrent dans les couloirs teintés de la lumière rouge de l’alarme. Après plusieurs bifurcations, ils s’engouffrèrent dans un turbo élévateur, et Salao écrasa de son poing le voyant « 2 ». La porte se referma sur les deux troopers enfilant leurs casques.



_________________


Dernière édition par Salao le Sam 27 Nov - 12:08, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/f42-salao
Salao

avatar

Messages : 1674
Date d'inscription : 07/06/2010
Localisation : Sur le pont de commandement, à hurler sur tout ceux qui peuvent l'entendre.

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 0:01

    -Ça sent pas bon.


    -Combien ?


    -Vingt, peut-être trente.

    -Ouch…

    -A vingt têtes par transporteurs… on est foutus.

    -Tu crois pouvoir en intercepter quelques un ?


    -Tendu. Ils sont bien escortés… Et beaucoup de nos pilotes sont déjà morts.

    -Et l’opération « second trou de balle », ça en est où ?

    -On l’a vraiment appelée comme ça ?

    -J’sais pas, ça sonne bien.

    -On les a contournés, on approche de leurs systèmes de survie. Il y a une faiblesse de la coque dans laquelle on va pouvoir s’infiltrer.

    -Tardez pas trop. Kresh, dès que t’as fini tu nous rejoins au niveau 2, ok ?

    -Bien compris. Terminé.


Kreshtar coupa le comlink de son casque, et regarda par la fenêtre de son cockpit le transporteur de la République caché derrière le vaisseau ennemi. Les brouilleurs améliorés qu’il avait trouvé au marché noir se rentabilisaient enfin, les senseurs du croiseur n’étaient pas adaptés à ce genre de brouillage high tech. Ses senseurs à lui étaient au contraire envahis des points lumineux représentant les navettes impériales. Il va falloir jouer serré.

* * *


Tsukiyo faisait les cent pas dans le couloir 38 du niveau 3. L’agacement se lisait dans ses mouvements, brusques et rigides, et ses sourcils renfrognés. Keidan, debout non loin, eut un sourire.

    -Et dire qu’un jour tu fut jedi…

    -Humpf.


Tavkin quand à lui, nettoyait son blaster de poing en sifflotant. Le silence était tendu, l’atmosphère électrique, rompue par un bruit sourd montant…
Le choc fut d’une extrême violence. En une seconde, un énorme tube avait enfoncé la paroi proche et ouvert ses pales, afin de maintenir la pressurisation. Le premier soldat de choc débarqua instantanément, le major n’avait pas encore entamé de mouvement vers son arme, Guarg avait été projeté au sol par l’impact. Le soldat leva son arme vers Tsukiyo…et s’écroula dans une gerbe d’étincelles. Le trooper Tavkin se tenait debout, son bras tendu empoignant le pistolet encore fumant qu’il s’affairait à nettoyer quelques secondes auparavant. Le Major l’interpella tout en dégainant :


    -Tu nettoies toujours tes armes chargées ?!

    -Pas de quoi. Et en fait, je n’en avais aucune idée.


Deux soldats de plus tombèrent dans le vaisseau, et furent instantanément projetés comme de vulgaires poupées de chiffon sur la paroi en acier. Keidan s’était relevé, et sa lame d’énergie s’activa au moment ou un détonateur à plasma roula du tube vers le sol.

    -A TERRE !


Les trois coururent sur quelques mètres en arrière, puis se jetèrent au sol au moment où le plasma brûlant arrosait les murs. Les impériaux tombèrent alors deux par deux, sans interruption. Un feu nourri commença à pleuvoir sur les républicains, qui reculaient vers une bifurcation, protégés par la lame tournoyante du maître Jedi.

    -A couvert !


Diath effectua une gracieuse pirouette, son sabre interceptant deux tirs rougeoyants qui repartirent heurter leurs tireurs, puis il partit se réfugier derrière les deux soldats qui maintenaient les impériaux à distance, abrités derrière les murs d’une bifurcation en T. Le jedi se saisit de son comlink et hurla :

    -Demande de renforts au niveau 3, couloir 38 ! Ici le cabaliste Keidan !

    -On vous envoie ça, maître. Tenez bon !

    -A 3 contre 20, il vaudrait mieux vous grouiller !


Tsukiyo ajusta son tir, et le rayon percuta le casque du soldat de tête.


* * *



La lumière faible et rouge du sas de transfert enflammait les armures et les visages des combattants. A la sortie de ce petit tunnel, la paroi du croiseur était découpée en cercle par une jeune Nautolan, envoyant des étincelles au sol de son sabre laser turquoise. Betry était à côté d’elle, surveillant la découpe. Il dit à voix basse à l’assemblée muette :

    -15 secondes.


La sueur perlait sur le nez du soldat sous son casque. Derrière lui, en première ligne, Thisys, Galnar et Cesix s’apprêtaient à repousser un éventuel barrage de feu sur les infiltrés. Les sens de Cesix ne lui révélaient cependant aucune hostilité derrière la paroi, la Force était tranquille. Mais on n’est jamais à l’abri de droïdes de combat ou de tourelles de défenses.

    -5 secondes.


Les hommes et les femmes présents eurent un léger mouvement de crispation sur leurs armes. Thisys empoigna fermement les manches de ses deux sabres, et les enclencha ; Galnar suivit, puis Cesix. Finalement, ce furent tout les jedis de l’assemblée qui activèrent leurs sabres en chœur. Les troopers mirent leurs armes à l’épaule, et les contrebandiers dégainèrent leurs blasters. Le sabre laser de la Nautolan rejoignit son point de départ. Elle agita légèrement la main, et le cercle d’acier se décolla et tomba lourdement sur le sol, le bruit se répercutant en echo dans la salle gigantesque qui s'exposait au commando.
Les systèmes de survie s’offrirent à leur vue. Les lourds et gigantesques réservoirs dominaient de plusieurs vingtaines de mètres les minuscules arrivants, dans une obscurité quasi-totale. On entendait juste le ronronnement lointain des systèmes de propulsion.


    -A partir de maintenant, silence. Il faut rester furtifs le plus longtemps possible.


La petite troupe se mit donc en route, après avoir éteint les lames de lumière, inutiles grâce aux rais éclairants des armes de troopers.

* * *

    -Putain, putain, putain !


Kreshtar suait à grosses gouttes. Il s’était fait repéré par un escadron de « moucherons » impériaux, comme ils appelaient les chasseurs légers dans le jargon, alors qu’il se dirigeait vers le hangar principal de l’Heimatlos, pour prêter main forte à ses camarades. Une fois rentré, y aurait plus de problème. En effet les tourelles de défenses des hangars empêchaient les impés de ne serait-ce que franchir le champ de force. C’est pourquoi ils utilisaient des vaisseaux foreurs, pour attaquer directement dans les couloirs du vaisseau.
En attendant, quatre monoplaces collaient au train du contrebandier, les lasers fusant autour de son vaisseau. Tout le talent du pilote était mis à l’épreuve, une seule erreur de manœuvre et il finirait en poussière stellaire. Le ballet spatial impressionnait par sa rapidité et l’adresse des deux camps, Kresh était renommé comme le pilote le plus doué de l’Heimatlos, et les chasseurs d’élites de l’Empire arrivaient presque à son niveau. Presque. Le premier d’entre eux tomba lorsqu’une erreur de direction le fit se précipiter contre un tir allié. Le second s’écrasa contre le blindage du croiseur interstellaire lorsque le contrebandier tenta de les semer en rase-motte. Enfin les deux derniers moucherons abandonnèrent la partie quand le Républicain réussit enfin à rentrer dans le hangar deux du vaisseau. Il se posa dans la vaste pièce alors que partout l’affolement régnait. Des soldats, contrebandiers ou jedis se précipitaient, armes au poing, vers les turbo élévateurs ou les couloirs du niveau, afin de défendre chèrement leur foyer.
Une fois posé, Kreshtar ôta le casque gênant de ses oreilles, et remonta ses lunettes de pilote dans ses cheveux. Il sauta du cockpit de son vaisseau, et, une fois n’est pas coutume, il tira de sa veste un paquet de cigarettes corelliennes, l’ouvrit,… et le regarda d’un air vide, comme celui-ci. Il jura dans un soupir, avant de balancer l’emballage par terre, et de dégainer son blaster en marchant d’un air morne. Mauvaise journée, décidément.


* * *

La tête de l’officier impérial s’écrasa contre la paroi du vaisseau dans un craquement sordide. La main puissante qui lui tenait l’arrière du crâne lâcha prise, et le corps de l’homme glissa lamentablement au sol, la face toujours collé à l’acier, laissant une traînée de sang luisante sur le mur. A ses pieds reposait une vibro-lame, au dessus de laquelle Salao se tenait debout, faisant craquer ses articulations de la nuque et du dos.

    -Un peu d’exercice, ça fait du bien. A force d’écrire des rapports, je m’amollis…


Des jeunes recrues de l’Heimatlos se tenaient un peu partout autour de lui, certaines étaient blessées, et quelques cadavres se mélangeaient à ceux des troupes de choc impériales, éparpillés dans le couloir 24 du niveau 2. Alek quand à lui faisait le tour des corps, en vérification des morts. Un coup de blaster résonnait parfois, quand il tombait sur un ennemi blessé ou un allié insoignable et agonisant. Ces coups de feu occasionnels faisaient sursauter la plupart des bleus présents dans le couloir. Beaucoup menaient leur premier combat contre l’ennemi.

    -C’est pas juste…

    -Hum ?

    -Pourquoi toi tu as le droit de faire mumuse et pas moi ?

    -Comment ça ? T’en as descendu presque la moitié avec ta grenade sonique.

    -Ben ouais, mais moi ce que j’aime, c’est les vraies explosions tu vois, qui arrachent l’acier et les membres des ennemis *coup de feu*, qui les font brûler dans leurs armures et hurler de douleur quand leur peau se met à cramer …

    -Tu es ignoble.

    -C’est toi qui me dis ça ? Qui défonce des impériaux à mains nues déjà ?


Le trooper eut un sourire. Ce couloir était sécurisé, mais il en restait tellement d’autres… beaucoup trop. Le niveau 1 était encore vierge d’impériaux, le 2 et le 3 résistaient vaillamment, mais dans les niveaux inférieurs, la situation était critique. Le point positif était que les hypothèses de la Cabale se vérifiaient : les flux des ennemis semblaient converger vers le niveau 1, vers la passerelle de commandement donc. Cela leur offrait un sursis de temps, nécessaire à la réussite de leur plan de contre-attaque. Salao rechargea son blaster au moment où Alek les rejoignaient enfin, son arme fumante entre les mains.

* * *
Kreshtar marmonnaient des injures et des malédictions dans sa barbe. Plus de clope, et maintenant ça… Son pied dérapa et il manqua de basculer dans le vide. Il se rattrapa de justesse à un barreau, et souffla un grand coup. Quelques minutes auparavant, le turbo élévateur qu’il avait emprunté cessait de fonctionner, et commençait une descente folle dans les niveaux inférieurs. Il avait réussi in extremis à ouvrir la trappe du toit de la cabine, à se hisser sur celle-ci et à sauter sur l’échelle de secours, le long de l’immense et sombre tunnel des ascenseurs. A présent il remontait tant bien que mal vers l’étage le plus proche, tout en pestant contre « ma putain de chance », encore et toujours. Lorsqu’il parvint enfin au sas tant convoité, il tapota un clavier numérique sur son côté, et les portes s’ouvrirent devant lui. Il s’engouffra dans le niveau, pour se retrouver nez à dos avec… un soldat impérial sans casque, une légère fumée grise s’échappant au dessus de sa tête. Le bruit du sas qui s’ouvraient ne semblait pas l’avoir tant dérangé que ça, sûrement à cause du brouhaha des combats qui régnait à l’étage supérieur, et dont les bruits parvenaient jusqu’ici. L'étage semblait avoir été conquit par les troupes ennemies. La première pensée qui vint à l’esprit du contrebandier fut « Je retire ce que j’ai dit. Je suis un gros veinard. ».

Une tape sur l’épaule et un crochet du droit plus tard, Kreshtar ramassait la clope à demi-consumée à côté de la tête ensanglantée de l’impérial. Tout en tirant sur la cigarette, il secoua sa main droite dans le vide.


    -Ils ont le crâne dur, ces impériaux.


Il se retourna vers le couloir qui se trouvait dans son dos, et tomba face à une lame rouge sang, qui grésillait à quelques centimètres de son nez. Il leva les mains et les yeux au ciel.

    -Je me disais bien que j’avais senti un parasite.

    -Putain mais c’est pas vrai ça ! Pas moyen de s’en griller une en paix aujourd’hui ?!

    -Ce sera ta dernière, cloporte. Une supplication, peut-être ? J’adore quand on me mande pitié à genoux.

    -Un conseil, plutôt. La prochaine fois, tue moi quand t'en avais l’occasion, connard.


Sur ces paroles il cracha la cigarette au visage du Sith, qui sursauta lorsque le bout incandescent du bâtonnet heurta son front. En un éclair, Kreshtar avait sauté en arrière, dégainé son arme et ouvrait le feu sur le guerrier, qui para les tirs de son sabre lumineux, tout en se tenant le front dans une grimace. Le couloir était plutôt étroit, et le contrebandier se retrouvait bloqué par le gouffre de la cage de turbo-élévateur derrière lui. Continuer de tirer aurait été suicidaire, au vu de la capacité de réflexion de l’arme de son adversaire. Ce dernier repris ses esprits et lui lança un regard meurtrier. Il s’avança en marchant et commença à déblatérer des menaces et des prévisions des souffrances que Kreshtar allait subir entre ses mains. Celui-ci ne l’écoutait pas le moins du monde, et regardait un peu partout à toute allure pour trouver une solution. Lorsque le guerrier s’aperçut de l’indifférence de l’homme en face de lui, il poussa un hurlement et lança sa main gauche dans sa direction, envoyant du même coup une onde de Force sur son opposant. Kreshtar eut le réflexe d’élonger un maximum ses bras sur les côtés, et alors qui s’envolait dans les airs, ses mains agrippèrent les bords de l’ouverture donnant sur plusieurs centaines de mètres de vide. Le sith profita de l’occasion en se précipitant sur lui, sabre au clair. Il porta une estocade fulgurante vers le ventre, mais sa lame frappa dans le vide. Kreshtar avait pivoté à l’intérieur du tunnel, sur sa gauche, en équilibre instable. Lorsque le sith fit l’erreur de reculer son arme sous la surprise, le contrebandier utilisa la force centrifuge et re-pivota vers l’extérieur du tunnel cette fois, et porta un magnifique coup de boule dans la face de l’adversaire, qui recula, sonné. Le Républicain en profita et donna un coup de son pied gauche dans la main armée du sith, qui lâcha son sabre sous la violence du choc. Occasion inespérée, Kreshtar pointa le blaster, toujours dans sa main, vers le crâne du guerrier sith, qui, après avoir récupéré, leva lentement les mains en l’air.

    -Ok, maintenant on va jouer aux devinettes… Alors, toi et tes copines, vous cherchez quoi au juste, à part à vous faire botter le cul ?

    - Tu peux toujours crever pour que je parle.

    -Mauvaise réponse.


Il abaissa son pistolet et tira un unique coup de feu dans le bas-ventre du guerrier. Celui-ci hurla à pleins poumons et s’écroula à terre. Le contrebandier se gratta le menton de sa main libre, et continua d’un air monotone:

    -T’en a assez ou je passe aux genoux ?

    -Cr…crève, sale chien !

    -Pas aujourd’hui.


Ajustement de la visée, pression de la gâchette, et le crâne du salopard explosa comme un fruit mûr. « Efficace, les entraînements impériaux. », pensa le tireur. A partir du moment où on a fait cramer les testicules de quelqu’un, s’il ne parle pas il ne le fera jamais. Cette leçon, Kresh l’avais apprise durant ses nombreux jobs chez les mafiosi Aquale de Nar Shaddaa. Il s’empara du sabre laser se son défunt ennemi, le rangea dans sa veste et continua son chemin vers un turbo-élévateur fonctionnel.

* * *

Tsukiyo était, une fois de plus, exaspérée. Le fait de s’être fait sauver la pomme par Tavkin lui restait en travers de la gorge. Pourquoi fallait-il toujours qu’elle passe pour la demoiselle en détresse ? Alors qu’elle se promettait de faire avaler ses organes au prochain impérial qu’ils croiseraient, le petit groupe avançait à bonne vitesse vers le bar du vaisseau. Ils avaient laissés les renforts s’occuper de la situation dans les couloirs de coque, après avoir plus ou moins ralentis l’avancée impériale dans ce niveau. Mais apparemment, un petit groupe d’élite était passé outre la ligne républicaine et se retrouvait maintenant confronté au personnel du bar et à quelques recrues de l’Heimatlos. Ils pensaient sûrement que ce seraient des proies faciles… on voit bien qu’ils ne connaissaient pas le barman. Lath Voth, un zabrak d’une quarantaine d’années, une connaissance de Salao.


Il lui avait proposé le poste après que le précédent barman aie refusé un verre à Kreshtar alors que celui-ci était ivre. Il ne s’est jamais remit de cet épisode. Quoiqu’il en soit, Lath n’était pas du genre à se laisser impressionner par un, deux ou dix clients récalcitrants. Vétéran de la guerre post-traité, il s’était distingué dans le corps armé 112 de Corellia, en arrachant la tête d’un ponte impérial (qui avait traité sa mère de noms peu délicats) à mains nues. Dommage que les autorités voulaient l’interroger avant… Le soldat Voth prit donc une retraite « anticipée », et ouvrit un bar sur la planète, jusqu’à ce que Salao le contacte pour un job particulier.

Pour en revenir à notre équipe, elle avait donc reçue une demande de renforts de la part du Zabrak qui ne pensait pas « pouvoir tous leur dégommer la mâchoire à coups de bouteille de Whisky Corellien » , en tout cas pas tout seul. La gêne du Major grandissait, car plusieurs fois le bonhomme s’était aventuré à lui faire des avances peu subtiles, et cela la gênait au plus haut point. Après quelques minutes de marche forcée, ils arrivèrent enfin à l’entrée de la salle de détente, d’où provenaient des bruits de combats acharnés. Ils coururent, armes au clair, vers le bar, pour y trouver en entrant Lath, ainsi qu’un serveur et deux serveuses, cachés derrière le bar, en pleine fusillade avec une moins d’une dizaine de soldats d’élite impériaux, le gratin de l’entraînement impérial. Lath pilonnaient les ennemis, planqués derrière les tables retournées de la pièce, à l’aide d’un vieux fusil à projectiles accélérés, envoyant des poignées de balles à chaque tir. Les serveurs quand à eux utilisaient des blasters de secours, laissés en permanence derrière le bar, au cas où. Lorsqu’il vit arriver les renforts, il hurla :


    -Dépêchez vous de descendre ces fils de Rancor, on va pas tenir très longtemps !


Le Major hocha la tête vers ses compagnons, puis ouvrit le feu sur un soldat ennemi qui sortait la tête de son abri imprudemment. La puissance du coup envoya l’impérial glisser sur le sol sur plusieurs mètres, attirant du même coup l’attention des troupes adverses sur les nouveaux arrivants. Trop tard. Keidan avait fondu, lame crépitante, vers le fond de la pièce et commença à découper tables et opposants comme du papier. Tavkin avait rejoint les barmen et leur donnait de quoi recharger leurs armes. Mais Lath n’entendait pas laisser le jedi s’amuser tout seul. Dans un magnifique mouvement, il sauta par-dessus le bar en rechargeant son fusil à pompe d’un air rageur, avant d’avancer d’un pas rapide. Il visa le dos du premier soldat en face de lui, occupé à essayer de toucher la tempête lumineuse du fond de la pièce. Il tira, et un coup de tonnerre envoya le dit soldat voler quelques mètres plus loin. Un trooper sur sa gauche se tourna vers lui suite à la détonation, blaster braqué sur sa poitrine. Sans réfléchir, le barman envoya son arme à la tête du soldat, n’ayant pas eu le temps d’enclencher la cartouche. Le fusil déstabilisa l’ennemi, juste le temps pour le zabrak de foncer sur lui et de lui abattre une chaise sur la tempe, brisant du même coup et la chaise et la visière du casque de sa cible, d’où s’échappa un jet de sang. Malheureusement pour lui, les camarades du défunt n’entendaient pas laisser cet impudent vivre, et les deux hommes d’élite de l’Empereur non occupés par le Maître Jedi commencèrent à abattre leurs crosses sur la tête et le dos du barman. Ils s’apprêtaient à l’achever, lorsqu’une furie blanche à la chevelure noire de jais s’abattit sur eux.

Tsukiyo avait agit sans réfléchir, elle avait foncée sur les deux hommes, sans arme, les éloignant de son camarade. Mais cela n’avait pas suffi pour neutraliser les deux soldats de choc. Ils se relevèrent, et lorsqu’ils virent la jeune femme les défier, désarmée, ils échangèrent un rire. Keidan se retrouvait finalement occupé par un soldat d’élite particulièrement doué à la vibrolame, et ne pouvait donc pas intervenir. Quand aux serveurs, ils s’étaient enfuis pour se mettre à l’abri. Tsu était seule, à mains nues, contre les deux brutes qui jubilaient en sortant des gants de neutralisation gand. Ces gants spéciaux émettent une énergie électrique particulièrement forte, à même d’assommer un être humain en un, voire deux coups pour les plus résistants. Asséner plus de coups peut même faire griller le cerveau de la victime, ce qui fait de cette arme un objet très apprécié de la pègre… Le premier homme s’approcha, ses mains grésillant d’électricité. Le major esquiva le premier coup, le deuxième, et para le troisième avec un plateau, qui se plia et noircit sous le choc. Elle tenta d’asséner un coup au visage avec ce même plateau, mais le soldat para, maintenant sa main électrifiée agrippée sur l’objet. Tsukiyo fit donc ce que font toutes les femmes dans cette situation, ou les contrebandiers : par pur instinct elle envoya sa jambe droite de toutes ses forces dans l’entrejambe de son ennemi. Touché. Le protège tibia était assez dur pour passer outre la coque de protection, et l’adversaire eut un réflexe humain, mais très inattendu… Il porta ses deux mains à la partie sensible en gémissant à travers son casque. Le hurlement qui suivit fut horrible pour des oreilles humaines, lorsque les deux gants électriques entrèrent en contact avec la partie concernée, qui commença à fumer au bout de quelques secondes. Le soldat d’élite s’effondra dans un râle, une odeur insupportable se répandant autour de lui.

Son collègue le regarda, certainement avec dégoût et horreur, puis se précipita sur le major en hurlant de rage. Un coup d’épée trop vif est souvent porté dans l’eau, et l’uppercut se perdit dans le vide, alors que la trooper assénait un méchant coup de bouteille d’alcool sur son casque. Le liquide commença à brouiller les senseurs du dit casque, et son possesseur se mit à chercher son adversaire, la respiration haletante. La dernière chose qu’il vit, ce fut un pied de table cassé qui fusait vers son visage. Le bout de bois brisé transperça les verres du heaume, puis dans un craquement sinistre le crâne de l’impérial. Le corps tomba en arrière, lentement, le pieu planté formant un parfait angle droit avec la face de l’homme. Au même instant, Keidan achevait de découper le deuxième bras de son adversaire, puis de l’envoyer s’écraser dans les bouteilles derrière le bar grâce à une onde de Force. Il éteignit son sabre laser, puis rejoint Tsukiyo qui remettait ses cheveux en place tout en cherchant son arme dans les débris. Tavkin, quand à lui, sauta du bar sur lequel il était assis depuis cinq minutes, une bouteille à la main, un blaster dans l’autre, au cas où un de ses deux amis auraient vraiment eu un problème. Tsukiyo le regarda d’un air meurtrier et lui hurla dessus, alors que le jedi Diath pouffait en aidant le zabrak à se relever.


_________________


Dernière édition par Salao le Sam 27 Nov - 12:11, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/f42-salao
Salao

avatar

Messages : 1674
Date d'inscription : 07/06/2010
Localisation : Sur le pont de commandement, à hurler sur tout ceux qui peuvent l'entendre.

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 0:02

Pendant ce temps, le bruit des pas résonnait dans l’immense salle du vaisseau impérial. Les rais de lumière qu’émettaient les fusils républicains se croisaient et se posaient sur les parois des immenses cuves. La petite vingtaine de membres de l’équipage Heimatlos avançait en marche rapide, sans toutefois se presser, pour éviter de tomber dans une embuscade trop facilement. Au centre du convoi, deux hommes et une rodienne, des contrebandiers, portaient une malle de taille moyenne, remplie d’explosifs achetés au marché noir, de quoi faire sauter les systèmes d’alimentation de l’armement. La seule contrainte était d’y parvenir avant de se faire repérer, on ne savait pas comment les impés pourraient réagir… Et avec l’épée de Damoclès qui pesait sur le vaisseau, il fallait agir vite.

Soudain, Cesix se stoppa. Il leva le poing vers le groupe derrière lui. Tous s’arrêtèrent sans un bruit, et éteignirent leurs torches. Le silence régnait toujours dans la salle, hormis les respirations haletantes de ses camarades. Mais il y avait autre chose… la Force se répercutait contre toutes ces réservoirs, les parois du vaisseau. Il ferma les yeux. Il ouvrit ses sens à cette perturbation, lointaine, minuscule, mais qui pourtant grandissait…la vague de sensation s’étendait, encore et toujours, englobant la pièce entière. Et il le vit. Le twi-lek balaya sa main violemment vers le côté, et le groupe se précipita sous les structures soutenant un des énormes cylindres. Un cliquetis commença à se faire entendre au loin, puis continua en s’approchant, de plus en plus près du commando. Betry enclencha la vision nocturne de son casque. Il ne vit rien sur le moment. Puis des formes commencèrent à apparaître. Indistinctes tout d’abord, floues. Il ne put vraiment les voir que lorsqu’elles passèrent à moins d’une dizaine de mètres de leur abri. Des droïdes de guerre impériaux. Au moins une quinzaine, lourdement armés, et patrouillant dans la salle dans un cliquetis constant et mécanique. Engager le combat aurait signifié dévoiler leur présence, et c’était trop tôt. Les Républicains attendirent dans le calme que les machines continuent leur chemin.

C’était sans compter sur les poumons d’un des soldats, qui ne put réprimer une quinte mal placée alors que les droïdes les avaient déjà dépassés d’une vingtaine de mètres. Le cliquetis s’arrêta net. Nerveux, les hommes et les femmes de la petite troupe raffermirent leur prise sur leurs armes. Le cliquetis recommença lentement à se faire entendre, dans leur direction. Cesix n’avait plus le choix, il fallait agir vite. Il se concentra et referma ses yeux. En quelques fractions de seconde, il ressentait de nouveau toute la pièce et ses occupants proches. Son visage commençait à grimacer, serrant les dents. Dans son esprit, il tentait d’isoler le point précis des circuits des droïdes gérant la reconnaissance de l’hostilité des cibles. De toute la salle, son ressenti s’était réduit au labyrinthe des systèmes des droïdes. La Force l’emmenait chercher le point précis parmi ce fouillis de soudures et de programmes. Désormais, son visage était crispé et en sueur, alors que les droïdes n’étaient plus qu’à une dizaine de mètre d’eux. Dans quelques secondes ils seraient là, après avoir tourné d’un quart de tour sur la gauche de la cuve. Cesix continuait à chercher, alors que Betry faisait le décompte du contact dans sa tête.« 7 secondes…5 secondes…3 secondes… ». Et enfin, le twi-lek le trouva. Ses yeux s’ouvrirent instantanément, alors que les droïdes se trouvaient en face d’eux et fixaient le petit groupe de leurs oculaires vides, immobiles. Le commando tout entier retenait sa respiration, leurs armes braquées sur les machines de guerre. Au bout de quelques secondes qui parurent une éternité, le bruit infernal des pattes métalliques sur le sol reprit, les droïdes s’éloignant et reprenant leur patrouille. Thisys souffla un grand coup, et fixa d’un air sérieux le trooper fautif de leur angoisse. Celui-ci leva les épaules et murmura :


    -Promis, après ça j’arrête de fumer…


* * *

L'odeur de brûlé émanant de la pièce devenait franchement insoutenable, et nombre de recrues auraient déjà tournés de l'oeil sans les filtres sensitifs de leurs casques. Mais même comme cela, beaucoup grimaçaient. Le plasma avait cette spécificité de pouvoir s'assimiler à un liquide poisseux, tout en restant léger comme l'air, et brûlant comme la lave. Les armes à plasma révélaient donc toute leur efficacité durant les abordages (et donc étaient chéries par toutes sortes de pirates et chasseurs de primes), puisque la matière s'infiltrait dans les points faibles des armures ennemies, faisant rôtir l'infortunée victime, sans pour autant s'attaquer à l'épais duracier des parois du vaisseau, et risquer une dépressurisation. Et puis surtout, c'est marrant. En tout cas selon Alek, qui restait seul souriant devant le spectacle d'une dizaine de corps impériaux fumants, calcinés de l'intérieur par la poignée de grenades qu'il avait furtivement lancée quelques secondes auparavant.

    -Je trouve ça beau.

    -Ça a son charme, c'est vrai.


La pièce en question se trouvait être le mess des officiers. Désormais les tables et les chaises avaient fondues sous le liquide destructeur, qui s'était déjà évaporé. Salao porta sa main droite sur sa tempe, et après quelques secondes s'adressa à son collègue: Kreshtar venait de le contacter, il s'approchait de leur niveau et apparemment, une nouvelle vague d'impériaux lui bloquait l'accès à la sortie de la cabine. Il s'était caché sur le toit de l'élévateur, après l'avoir bloqué et désactivé, mais d'après ses termes il ne comptait pas "moisir ici pendant quatre ans". Le trooper ordonna donc à la petite troupe de le suivre jusqu'aux ascenseurs pour porter secours à leurs compagnons. Alek s'apprêtait à les suivre, lorsqu'il entendit un grognement venant du fond de la salle.

    -Allez y, je vous rejoins !


Le râle provenait d'un officier impérial, assis, le dos contre un mur. Sa face se trouvait plaquée contre la paroi sur son côté droit, alors que la partie gauche de son visage était carbonisée par le plasma. La respiration haletante, sifflante, un large trou creusé dans la joue laissait apparaître sa dentition et un fragment de sa mâchoire. Le Républicain s'approcha, un air ironique sur son visage alors qu'il dégainait son arme de poing. Il s'accroupit près du pauvre hère, le fixant alors que celui ci tournait difficilement sa tête vers le trooper, exposant un horrible visage dissymétrique. Le sourcil encore intact indiquait une expression haineuse, l'œil larmoyant la douleur. Alors que le soldat s'apprêtait à l'achever, son expression changea du tout au tout, du moins sur la partie intacte de son faciès. Après une seconde d'étonnement, c'est la neutralité, tremblotante, qui s'installa, son œil valide ne cessant néanmoins de faire des allers retour entre Alek et un point quelques mètres derrière lui. Devant ce comportement suspect, les réflexes du trooper se mobilisèrent immédiatement. Il se retourna et pointa son arme de poing sur le torse d'un chiss, a peine un mètre derrière lui, tenant lui même une vibrolame sous son bras. L'agent impérial lâcha son arme, leva les bras, affichant fièrement un air souriant.

    -Oh, méchant officier... Ton horrible visage m'a fait rater mon coup.

    -Pas de bol hein ? Maintenant tu vas me dire qu'est ce que vous foutez à bord de notre vaisseau.

    -Allons... Vous pensez bien que je ne ferais pas partie des services secrets impériaux si je crachais le morceau aussi facilement, commandant. Tout ce que je peux vous dire, c'est que c'est assez important pour aborder un croiseur républicain ouvertement, même si il y a peu de chances qu'il reste des témoins...


Alek fronça les sourcils. Le ton mielleux de l'agent chiss lui déplaisait fortement, et il résistait à la tentation de lui coller un laser entre les deux yeux immédiatement. Il allait attendre le retour de Salao et Kreshtar, plus au fait des techniques d'interrogatoires, officielles ou non, que lui. C'était sans compter sur l'élément imprévu ; le soldat impérial agonisant à ses pieds avait réussit à mobiliser assez de forces pour lui agripper le mollet, surprenant par la même occasion son propriétaire. En un éclair, le Chiss avait porté sa main sur son poignet gauche, activant un bouton bleu quasar sur son avant bras. Un sifflement se propagea, ainsi qu'un léger halo bleuté autour de l'agent. Un brouilleur. Le casque d'Alek se mit à grésiller de façon insoutenable, brouillant sa vision et mettant à mal ses tympans. Il porta ses mains sur son heaume, et tenta de l'ôter, alors que son adversaire fondait sur lui, une petite lame s'expulsant de son bracelet de commande. Le trooper baissa la partie supérieure de son corps afin de mieux retirer ce couvre chef qui lui bousillait la vue et l'ouïe. Le hasard fit qu'il s'inclina de façon à intercepter le coup mortel avec le dit casque, la lame de duracier s'enfonçant jusqu'à la garde dans ce dernier, vidé de justesse de son contenu. Le visage à découvert, le Républicain enregistra la situation dans un blanc de quelques instants, les deux hommes peinant à croire de leurs yeux le coup de chance dont venait de profiter Alek. D'un geste rapide, les bras du soldat balancèrent le heaume et tout le reste vers le mur à sa gauche. L'agent s'écrasa contre ce dernier, puis rétracta l'arme de son bras, se libérant du même coup de son entrave. L'alien eut un nouveau sourire, avant de tourner un anneau lumineux sur sa ceinture. Sa silhouette devint floue, puis disparut totalement lorsque le champ de camouflage high-tech acheva son chargement. Le cabaliste Sturn se précipita sur lui, mais ne rencontra que le contact du mur. Sur ses gardes, le trooper tentait d'apercevoir une courbe suspecte, ou d'entendre un bruit de pas révélateur. Mais rien ne trahissait le chiss, pas même sa respiration. Une intense réflexion s'imposa dans l'esprit de son opposant. Il aurait une opportunité, pas deux. Lorsque l'agent attaquerait, le mouvement brusque de son coup lui indiquerait sa présence. Il porta le plus discrètement possible la main à sa propre ceinture. Plusieurs secondes passèrent, le silence juste couvert par le souffle agonisant de l'officier impérial affalé contre le duracier. Enfin, le minuscule sifflement aigüe d'une lame fendant l'air se fit entendre, derrière le démolisseur. Une fraction de seconde suffit à celui ci pour se propulser sur le côté, et porter un coup de sa main droite sur le flanc de l'invisible opposant. Celui-ci tituba, son camouflage perdant un peu de son efficacité. Le trooper quand à lui, recula tranquillement de quelques pas, fixant d'un air satisfait la silhouette grésillante devant lui, qui semblait ne pas comprendre l'inaction et la tranquillité de son ennemi. Alek se contenta juste de tapoter, en la regardant, sa hanche droite. Interloqué, le chiss fit de même, assez tôt pour voir le disque clignotant collé sur son armure. Il eu juste le temps d'entamer un cri de rage, avant que la petite bombe adhésive n'explose dans une gerbe de sang et de viscères, coupant littéralement en deux l'impérial.

Ramassant son casque, l'homme essuya les vestiges sanglants de son adversaire entachant son armure. C'est ce moment que choisirent Salao, Kreshtar et les recrues pour revenir. S'inquiètant pour Alek, qui ne les avait pas suivi, le second commandant du vaisseau était retourné le plus vite possible au mess, pour trouver son ami couvert de sang et de morceaux de chair, devant deux moitiés de cadavre bleu. Devant l'étonnement général, il se contenta de répondre aux regards tantôt dégoutés, tantôt surpris:


    -Je plains le personnel de ménage. C'est vraiment dégueulasse ici, encore plus que d'habitude.

_________________


Dernière édition par Salao le Mer 3 Nov - 11:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/f42-salao
Salao

avatar

Messages : 1674
Date d'inscription : 07/06/2010
Localisation : Sur le pont de commandement, à hurler sur tout ceux qui peuvent l'entendre.

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 0:02

Voilà, vous inquiétez pas si vous êtes pas dedans, ça va venir Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/f42-salao
Kreshtar

avatar

Messages : 1344
Date d'inscription : 06/06/2010

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 6:26

Lire ça de bon matin ça met en forme pour la journée ! Toujours aussi bien ces histoires de groupe Salao Wink Vivement la suite
Revenir en haut Aller en bas
Alek Sturn
Heros de la Cabale


Messages : 910
Date d'inscription : 07/06/2010
Age : 28
Localisation : Dans l'armurerie

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 7:56

Juste avant de partir en cours, un petit récit comme çà c'est super. Good job Salao, vivement la suite ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Keidan Diath

avatar

Messages : 1740
Date d'inscription : 06/06/2010
Age : 26
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 10:57

Yeah sa tue!
La suite la suite la suite!!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Salao

avatar

Messages : 1674
Date d'inscription : 07/06/2010
Localisation : Sur le pont de commandement, à hurler sur tout ceux qui peuvent l'entendre.

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 16:29

Un peu de la suite Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/f42-salao
Alek Sturn
Heros de la Cabale


Messages : 910
Date d'inscription : 07/06/2010
Age : 28
Localisation : Dans l'armurerie

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 16:37

Hé hé !!!! Un discours...pas mal du tout, çà vas péter !!!!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Keidan Diath

avatar

Messages : 1740
Date d'inscription : 06/06/2010
Age : 26
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 17:35

Je sent que sa va chauffer Smile

_________________


Dernière édition par Guarg le Mer 6 Oct - 18:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cesix

avatar

Messages : 665
Date d'inscription : 06/06/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 17:53

Ouh ! du lourds en perspective ^^ !

Vivement la suite !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Tavkin

avatar

Messages : 549
Date d'inscription : 07/07/2010
Age : 27
Localisation : erre dans le vaisseau

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 18:47

j'me fait toujours recalé par le major... un peu de compassion sieu plait !

sinon vraiment trop classe, j'ai envie de dire comme d'hab quoi Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/tavkin-f45/errance-t179.htm
Salao

avatar

Messages : 1674
Date d'inscription : 07/06/2010
Localisation : Sur le pont de commandement, à hurler sur tout ceux qui peuvent l'entendre.

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 18:59

Ben hé Tav' tu voulais être le provocateur, t'assumes hein Sérieusement j'adore écrire des histoires avec ton perso, j'l'imagine très bien en "rebelle" contre l'autorité Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/f42-salao
Tavkin

avatar

Messages : 549
Date d'inscription : 07/07/2010
Age : 27
Localisation : erre dans le vaisseau

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 19:03

écoute fait toi plaisir (mais pas trop quand même hein Wink ) mais ouais J'ASSUME !!!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/tavkin-f45/errance-t179.htm
Cesix

avatar

Messages : 665
Date d'inscription : 06/06/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 19:18

Citation :
Le comlink sur le pectoral du soldat grésilla. Il s’empressa d’appuyer dessus et dit à haute voix :


LooL une petite référence a Star trek ?? :p

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Salao

avatar

Messages : 1674
Date d'inscription : 07/06/2010
Localisation : Sur le pont de commandement, à hurler sur tout ceux qui peuvent l'entendre.

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 19:45

Euuuuh, peut être, pourquoi ? ^^ Je suis pas un expert de Star Trek Razz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/f42-salao
Cesix

avatar

Messages : 665
Date d'inscription : 06/06/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Mer 6 Oct - 19:52

Ben ils se parlent par communicateur en appuyant sur un insigne qui se trouve sur leurs poitrines =)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Salao

avatar

Messages : 1674
Date d'inscription : 07/06/2010
Localisation : Sur le pont de commandement, à hurler sur tout ceux qui peuvent l'entendre.

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Ven 8 Oct - 18:50

Encore un p'tit bout Razz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/f42-salao
Saki
Heros de la Cabale
avatar

Messages : 474
Date d'inscription : 07/06/2010
Age : 26
Localisation : Cela ne vous regarde pas ...

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Ven 8 Oct - 19:09

"Le soldat leva son arme vers Tsukiyo…et s’écroula dans une gerbe d’étincelles. Le trooper Tavkin se tenait debout, son bras tendu empoignant le pistolet encore fumant qu’il s’affairait à nettoyer quelques secondes auparavant."

Tavkin mon hero Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Keidan Diath

avatar

Messages : 1740
Date d'inscription : 06/06/2010
Age : 26
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Ven 8 Oct - 19:21

Franchement Salao, c'est exellent!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Salao

avatar

Messages : 1674
Date d'inscription : 07/06/2010
Localisation : Sur le pont de commandement, à hurler sur tout ceux qui peuvent l'entendre.

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Ven 8 Oct - 19:25

Héhé, merci Very Happy Il se fait toujours remballer par ses supérieurs, faut bien qu'il aie ses moments de gloire

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/f42-salao
Tavkin

avatar

Messages : 549
Date d'inscription : 07/07/2010
Age : 27
Localisation : erre dans le vaisseau

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Ven 8 Oct - 19:42

*bombe le torse* je serai toujours là pour vous major ! (même si un merci ne vous aurez pas tuer !!!)

WOUA ! vraiment trop trop trop bien !!! bounce la suite ! bounce la suite ! bounce

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/tavkin-f45/errance-t179.htm
Keidan Diath

avatar

Messages : 1740
Date d'inscription : 06/06/2010
Age : 26
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Ven 8 Oct - 19:49

Elle fait de toi son hero! C'est mieu qu'un merci!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Tavkin

avatar

Messages : 549
Date d'inscription : 07/07/2010
Age : 27
Localisation : erre dans le vaisseau

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Ven 8 Oct - 19:50

a bon ?! à ba euh ... je dis quoi dans ce cas ?!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/tavkin-f45/errance-t179.htm
Kreshtar

avatar

Messages : 1344
Date d'inscription : 06/06/2010

MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   Ven 8 Oct - 19:59

Ben je pense que les remerciements se passent dans la cabine de l'un ou de l'autre Very Happy


Dernière édition par Kreshtar le Ven 8 Oct - 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journée tranquille sur l'Heimatlos   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journée tranquille sur l'Heimatlos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Journée à Thème] organisation des tables de JdR
» [S41-E8] Résultats pour la 6ème journée - Nord-Pas de Calais - 03 Mars 2010
» Une journée d'alchimiste d'après Moug et Sorifik.
» Jouer à la box tranquille sans être emmerdé par sa femme
» [Projet]: Journée porte-ouverte au Rp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Quartiers de l'équipage :: "Les Marqués"-
Sauter vers:  
Design réalisé par DesignWeb Studio Plus
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit