AccueilAccueil  Présentation  Charte  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
La guilde est officiellement fermée.
Merci à tous !

Partagez | 
 

 Errance

Aller en bas 
AuteurMessage
Tavkin

avatar

Messages : 549
Date d'inscription : 07/07/2010
Age : 27
Localisation : erre dans le vaisseau

MessageSujet: Errance   Ven 17 Sep - 18:48

Cela faisait maintenant plusieurs années que je n'avais aucune nouvelles d'eux. La dissolution fut si rapide, j'étais encore en mission alors que ça se produisait. Et c'est bien plus tard que j'appris qu'il y avait eu une attaque des impériaux réduisant ainsi à néant mes chances de les revoir. Ils me manquaient tous. J'étais maintenant obligé de fouiller les poubelles, parfois je trouvais un boulot mais ça durait que un ou deux mois maximum.

- Alors on va faire quoi de lui ?

- Comment ça on va faire quoi ? C'est un client alors tu le sers point !

- Mais … c'est triste pour lui, il vient tout les jours ici, commande juste un verre qu'il ne finit presque jamais. Avec un air si perdu.

- Et ? Si t'a pas remarqué on dirait un ancien de la régulière. Alors si tu veux connaître son histoire va lui demander ! Mais il va certainement t'envoyé balader... Et en même temps sers la 14 !

La serveuse prit son plateau avec les commandes et se dirigea vers les tables en question. La salle était comme d'habitude rempli à moitié. Les discussions allaient à tout va, chacun parlant des dernières nouvelles qu'il avait entendu. Certains étaient de riches marchands d'autre de simple citoyen voulant s'en sortir. Elle arriva enfin face à moi, l'homme dont elle parlait avec le barman. Elle posa ma commande puis voulu parler mais un groupe entra bruyamment dans la salle. Je posa mes quelques crédits restant.


- Allez poupée sert nous un bon D'Kavo et plus vite que ça !!

Elle me regarda un instant puis trottina pour aller chercher les verres. Je plongea mon regard dans mon verre, bu une ou deux gorgé puis le posa. Je savais que le groupe de jeunes qui venaient d'entrée étaient les petites frappe du coin, cela faisaient déjà longtemps que je les voyais me tourné autour. La serveuse leur apporta leurs commandes mais ils avaient les yeux braqués sur moi. Je fis mine d'ignoré leurs regards et resta tranquillement assis, le regard dans mon verre.


- He ! Le vieux là ! Ouais toi, lui avec les habits défoncés !

Deux des jeunes se rapprochèrent de moi d'un air qui devait être menaçant. Je rangea mes crédits et les ignora complétement.


- Range pas tout de suite tes crédits mon gars, tu va devoir payer la taxe !

- Laissez le ! Et il n'y a pas de « taxe » a payé ici !
Cria le barman.

- Oh laisse moi tranquille ! C'est moi quartier ici. Répondit l'homme de tête.

Les deux hommes étaient maintenant devant moi, et le reste du groupe un peu en retrait mais près à agir. La serveuse était parti rejoindre le barman qui appelait la sécurité. Je leva enfin ma tête mais en direction du barman qui par mon clin d'œil compris de suite qu'il n'allait rien m'arriver.


- Alors c'est ton quartier ? Et tu veux que je paie ? Dis-je d'une voix grave, une voix qui avait connu la guerre. Pour les intimidé un peu je me leva de toute ma prestance.

- Joue pas au plus malin, le vieux ! Donne tes crédits et on te laisse tranquille.

- Alors viens les chercher ! Dis-je avec un sourire en coin.

Le « chef » du gang se jeta sur moi, malheureusement pour lui je le cueillis d'un bon coup de poing, qui l'envoya à plat ventre quelques mettre plus loin. Ces compagnons réagir de suite et foncèrent sur moi. Hélas pour eux mon entrainement n'était pas encore parti. Même après ces années d'errance, j'étais resté au top de ma forme.
Le combat face au groupe de jeune fut très rapide, de simple coups de poing avec parfois un coup de pied pour tous les calmer. Après 1 minutes, les cinq hommes étaient tous à terre gémissant ou pleurant. Je me rassis pendant que le barman, aidé des agents de sécurité les emportaient. La serveuse vint devant moi, mais ne dit rien


- Oui ? Lui demande-je

- Vous … euh je voulais savoir si vous étiez dans l'armée de la République ? Dit-elle timidement.

Les conversations s'étaient calmé en entendant le nom de République. Même si la guerre était fini, dans le cœur de certains elle continuait ardemment.


- Vous voulez vraiment connaître mon histoire ? Elle acquiesça de la tête. Bien alors je vais prendre un autre verre d'amasec et vous dirais tout.

D'autre personnes c'étaient joint à ma table pour écouté le récit d'un soldat errant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/tavkin-f45/errance-t179.htm
Tavkin

avatar

Messages : 549
Date d'inscription : 07/07/2010
Age : 27
Localisation : erre dans le vaisseau

MessageSujet: Re: Errance   Sam 18 Sep - 15:03

LES DEBUTS

La serveuse apporta mon verre, d'autre homme étaient venu à ma table, tous en face de moi.

- Alors vous voulez vraiment connaître mon histoire ? Bien …

Je ferma un instant mes yeux … par quoi je vais commencer, pensai-je.

« Bien commençons par le début, c'était il y a longtemps, 20ans BC, que je vins au monde. Fils d'un officier de la République et d'une mère décédé en accouchant. Ce fut mon père qui m'éleva, je ne manquais de rien, voulant remplacé la perte de ma mère, il me donna de l'amour à revendre. Mon enfance fut celle d'un enfant quelconque, mon père m'enseigna les valeurs comme le respect, la loyauté, le courage. Étant un officier, il fut plus tard souvent absent de la maison, je dû m'occuper durant des jours. Je bricola tout ce qui me passa sous les mains. A force je compris le fonctionnement de certains système, notamment informatique et électronique.

Un jour mon père, en permission à la maison, me vit monter et démonter un appareil. C'est alors qu'il me dit :

- Je vois que tu as sus t'occuper durant ces derniers jours. Mais as-tu sérieusement penser à ton avenir ? Dois-je te rappeler que tu vas avoir 18 ans.

C'était bien vrai, je n'y avais même pas penser, préférant rester là et bricoler.


- Hum, je vois que ton silence parle pour toi … hé bien pourquoi pas rejoindre l'armée ? Là au moins ton « don » sera plus utile.


- Boarf, oui pourquoi pas.
Dis-je sans conviction.

- C'est parfais alors demain tu pars avec moi au bureau de recrutement !


- Hé mais j'ai pas dis que …


- Tatata … il n'y a pas de mais.


Le lendemain, nous partîmes mon père et moi au QG de la planète. Tout le monde le salua, il leur répondit par un bref salut. Ce dirigeant vers le fond du couloir, je vis plusieurs homme me dévisagé, des dur à cuire, ils étaient tous plus vieux que moi et attendaient dans une petite salle. Mon père me dit d'aller à l'accueil puis de revenir ici et d'attendre mon tour. Il me souhaita bonne chance et de ne pas oublié ce qu'il m'avait appris.

Arrivant à un guichet, une femme très belle m'accueillis, mais un sentiment me dit de ne pas faire de faux pas et surtout de pas croisé son regard.


- Bonjour m'dame, je viens pour la session de recrutement.


- Tient.
Elle me tendit une laisse conséquente de feuille. Rempli tout et va dans la pièce au fond. C'est pas parce que ton père est officier que tu vas avoir un traitement de faveur !

Je pris les feuilles et déglutit péniblement. Tout allait un peu vite pour moi, mais maintenant je ne pouvais plus reculer. J'entrai dans la pièce, m'assis et commença à remplir les feuilles. Les hommes assis avec moi étaient grand et costaud. L'un d'eux avait un tatouage sur un crâne complétement rasé. Un autre portait une petite pair de lunette et une barbe. Le questionnaire parlait de tout, essentiellement de mes condition physique et moral, il y avait au total 4 feuilles. Trois hommes furent appeler par un examinateur sans doute, en tout cas on ne les voyaient pas revenir. Après avoir passer pas loin de deux heures dans la pièce quelqu'un dit mon nom. Je me leva et suivit mon examinateur.

Il avait un long manteau noir et des ranger aussi noir, sinon ces vêtements étaient quelconque. Je remarquais ces galons, mon père m'avait appris le protocole militaire ainsi que la hiérarchie. Je pouvais voir un aigle, ainsi que deux « V » retournés signifiant ainsi le grade de général de seconde classe des techniques de l'armement. Il me fit traversé plusieurs couloir, puis entra dans une pièce où un simple bureau était au milieu. Je ne me rappelle plus vraiment de ce qui se passa dedans … mais j'en sorti après 10 minutes, ce fut un interrogatoire, mon front était en sueur et mes jambes tremblaient.

Il me semble qu'il avait dit une chose comme va rendre ton dossier au bureau 5289, mais je ne connaissait pas l'établissement et j'étais un peu perdu. C'est un groupe de soldat, je suppose, qui m'indiqua la direction a prendre. Montant les escaliers, traversant des couloirs, j'arrivai enfin face au dit bureau. Je frappa et quelqu'un vint ouvrir, pris mon dossier et me dit d'aller au sous-sol, l'endroit où je rencontrerai mes futur camarades.

Je n'avais pas réaliser sur le coup, tout c'était enchaîné tellement vite. Dans la salle indiqué par la bureaucrate, une équipe de huit hommes, tous en rang, était présente. Mon futur sergent cria à mon égard :


- En rang comme les autres gamin.

_________________


Dernière édition par Tavkin le Dim 27 Fév - 21:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/tavkin-f45/errance-t179.htm
Tavkin

avatar

Messages : 549
Date d'inscription : 07/07/2010
Age : 27
Localisation : erre dans le vaisseau

MessageSujet: Re: Errance   Dim 19 Sep - 18:05

L'ENTRAINEMENT

Les trois mois qui suivirent mon recrutement furent intense. Je dû oublier ma vie d'enfant pour l'échanger avec la rigueur de mon sergent. Lever tout les jours à l'aube, entre 5 et 6 heures. Les journées se suivaient et se ressemblaient trop. L'équipe avec laquelle je vivais était l'escouade Green du peloton 34, aussi appeler les « fantômes ».

La journée ce déroulait ainsi, on commençait par une course au réveille, puis le petit déjeuner, ensuite jusqu'à leur du repas c'était musculation intensif. On avait 45 minutes pour manger le « midi », c'était plus vraiment un déjeuné si je me souviens bien. Ensuite l'après midi entrainement au combat rapproché et utilisation d'arme blanche. Pour certains de mon équipe cela était très facile, souvent des criminels ou autre racailles. Enfin au crépuscule, après avoir pris une sorte de diner, encore une course pour bien dormir qui disait le sergent.

Après quoi on dormait, une fois par semaine on avait une journée de repos, des proches pouvaient venir nous voir. Pour moi c'était mon père qui venait, me demandant si tout allait bien, enfin ce que demanderai un père à son fils quoi …

Ces trois mois me changèrent complétement, je vis mon corps de jeune homme devenir homme puis même surhomme. Ma taille avait augmenté, ma musculature avait doublé. Durant ces mois on nous appris à oublier les sentiments, la peur, la colère, la haine, la joie, ces choses qui nous perturbaient pendant les missions.

Les trois mois d'après nous reçûmes notre équipements standard des soldats Républicain. Puis vint l'entrainement au tir, ainsi que des simulations de mission, comme prise d'otage, destruction, infiltration ou autre. Chacun dans l'équipe avait un équipement personnel choisi pour sa spécialisation. Je reçu une tab'holo de piratage informatique ainsi qu'une boite pour outils électronique. Je pris soin de ces objets et ne les quittais jamais. Malgré mon changement physique, je restai encore habile avec mes mains.

Nous avions le choix dans le blaster que nous voulions. J'optai pour le DC-17m, plus précis que le DC-15 standard. Je démontai, nettoyai et remontai tout les jours mon arme et mon armure. Chaque parties étaient luisante, elle semblait ne jamais servir et pourtant tout les jours nous nous entrainions.

Plus tard nous reçûmes des leçons sur l'organisation d'une équipe pendant une mission, au cas où la hiérarchie serait défectueuse. Nous apprîmes les tactiques d'approche de tout types de complexe, passant du complexe industriel au hôtel de marchand.

Au bout de 18 mois nous reçûmes notre première mission, la prise d'une antenne de communication. Nous n'avions pas les détails, le sergent nous avaient dit que le lieutenant nous ferait un briefing. Nous étions tous réuni, les membres de la Green mais aussi des équipe Red et Blue. Enfin un homme entra dans la pièce accompagner des sergents de nos unités. L'homme était mon père, il fit un salut à l'assemblé puis alluma une holocarte. »



_________________


Dernière édition par Tavkin le Jeu 21 Avr - 12:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/tavkin-f45/errance-t179.htm
Tavkin

avatar

Messages : 549
Date d'inscription : 07/07/2010
Age : 27
Localisation : erre dans le vaisseau

MessageSujet: Re: Errance   Lun 11 Oct - 19:41

La Mission

Je regardais mon assemblée et remarqua, que maintenant, que deux hommes étaient partis. Ça faisait deux heures que je parlais de mes souvenirs. L'ambiance dans le bar était retombé, tous les clients étaient attablés avec moi. J'en vis qui trépignait d'impatience et qui dit :

- Alors ça c'est passé comment ? Votre première mission ?

- Doucement, avant de continuer je vais prendre de quoi manger.

Le barman hocha la tête et se dirigea vers ses petites cuisines. Après quelques minutes il en ressortie avec un plat copieux, mais j'en fis qu'une bouchée. Pris une gorgé de mon verre, puis continua mon récit :

« Ils y avaient deux navettes, une pour les techniciens et l'équipe de protection et une autre pour mon équipe et la deuxième d'intervention. Ça faisait à peine une heure que nous étions partis et j'en avait déjà marre. J'avais vérifié trois fois mon équipement, repassé une dizaine de fois l'intervention et rien ni fit le temps passait trop lentement.

C'est que deux heures plus tard que nous arrivâmes en orbite de la planète. Les pilotes nous affirmèrent qu'ils ne trouvaient aucune installation ennemis mais quelques villages d'indigènes.

- L'objectif est à un kilomètre au nord, s'écria le pilote.

- Posez nous ! Dit le sergent Red

Une fois à terre, je remarqua que la planète était de nature luxuriante et recouverte presque entièrement de jungle. En peu de temps tout le monde avait débarqué, nous nous répartîmes en équipe comme l'avait ordonnée mon père lors de notre briefing. Nous attendîmes les techniciens qui débarquaient leurs matériels, puis mon équipe de divisa pour ouvrir la marche.

Je me retrouva avec Green 8, surnommé Œil de lynx. Je ne connaissais pas son véritable nom, et je m'en fichais pas mal. Nous marchions un peu éloigné du groupe pour couvrir une plus grande zone. Green 4 et 5 étaient à 20m sur notre droite tandis que Green 2 et 3 étaient sur notre gauche.

Il nous fallut une heure pour arriver près de l'objectif, le complexe d'antenne. Avec mon escouade, nous encerclâmes le bâtiment attendant l'ordre du sergent pour pénétrer. On pouvait voir d'ici que le bâtiment était abandonnée. Une fois tout le monde en place, nous rentrâmes à l'intérieur et inspectaient les environs. Peu de temps après, les techniciens s'affairaient à relancer le système. Mon équipe avons reçu ces quartiers pour les jours à venir, nous étions donc là bas pendant que l'autre équipe faisaient son tour de garde.

Les jours qui suivirent notre arriver furent long et monotone. Une équipe était détaché pour exploré les environs, trouver une source d'eau potable, de quoi manger, et essayer de rentrer en contact avec les habitants local. Les journées étaient chaude et parfois étouffante, la nuit était fraiche et humide.

Un jour alors que je me reposais dans les quartiers assigné à mon escouade, Green 6 et 3 étaient la aussi à discuter de tout et de rien sans doute. Pour ma part je rêvassais, réfléchissais à ces derniers mois, tout était allé si vite. Mais je ne m'en plaignais pas.

- Hey ! L'fiston ! Dit Green 6

C'était moi qu'il appelait, tout les membres de l'unité, étant plus vieux que moi, avait un jour par hasard surpris une conversation entre mon père et moi, qui m'appelais « fiston ». Alors c'était resté ainsi et je ne leur en voulais pas, chaque membre de l'escouade avait un surnom.

- Quoi ! Qu'est-ce tu m'veux ? Répondis-je.

- Va falloir y aller, va bientôt être 20h.

- Ok attendez moi j'arrive.

Les deux soldats sortirent de la pièce en silence, me laissant seul avec mes pensées. Depuis peu je faisait des rêves étrange avec un sentiment bizarre au réveille. Alors que je me préparais une alarme retentit et les deux soldats sortit il y a un instant réapparurent et s'écriant :

- P'tain, magne toi ! On nous attends en salle de commandement.

- Ola du clame les gars, y's'passe quoi ? Répondis-je.

- L'escouade Red ne répond plus !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/tavkin-f45/errance-t179.htm
Tavkin

avatar

Messages : 549
Date d'inscription : 07/07/2010
Age : 27
Localisation : erre dans le vaisseau

MessageSujet: Re: Errance   Sam 11 Déc - 15:31

L'Assaut

Courant dans les coursives, on entendait une voix porté qui donnait des ordres. Arrivant enfin à la salle de commandement, je pu voir que tout le monde était présent. Mais je remarquais aussi quelqu'un d'autre, un homme couvert d'une capuche et habillé d'une longue cape, avec en dessous une sorte de bure comme les Jedis.

Il tourna la tête à notre arriver mais je ne pu dire si il me dévisageait ou non, sa capuche étant rabattu, elle recouvrait une bonne parti de son visage. On pouvait discerner le fameux sabre à sa ceinture.

Mon père était en plein discutions avec les techniciens qui avaient perdu le signal de l'escouade Red. Après un petit moment, il se retourna pour faire face à tout les soldats rassemblés.


- Messieurs, nous avons un petit problème. Entama-t-il. Comme certains on du vous le dire, l'unité Red ne répond plu au appel. Alors j'envoie l'escouade Green sur la dernière position connu. Je veux que vous restiez en contact radio et que vous me délivriez toute les informations que vous trouverez. Exécution !

Il nous en fallu pas plus pour quitté la salle en courant, se dirigeant déjà vers les coordonnées transmise. C'était en plein cœur de la forêt et plusieurs homme se posaient la même questions, que leur étaient-ils arrivé ? Pour perdre une unité entière, il fallait être nombreux.

- Nous devrions être prudent, je sens que ça pu l'impé ! Dis Green 4.

Green 4 était quelqu'un qui se fiait essentiellement à son « instinct » qu'il avait développé. Dans l'équipe il était devenu comme l'oracle de mauvaise augure.


- T'en mieux ! Ça fait trop longtemps qu'on attend sans rien foutre.

- Bon les filles fermer-là on arrive sur l'objectif.

La voix du sergent suffit à calmé tout le monde. Nous adoptâmes un schéma O, autrement connu sous le nom d'encerclement. Lors des missions, l'escouade avait développé un code que seul ses membres pouvaient comprendre, ainsi que les supérieurs et certaines autres unités. Le sergent nous dit avait de nous mettre en position, que nous avions 2min pour le placement puis 10sec avant mise à feu.

Me rapprochant le plus possible du camps, sans me faire repéré, je m'allongea pour avoir une meilleur stabilité. J'épaulai mon fusil et pu voir à travers ma lunette que seulement 9 ennemis étaient à découvert. Mais aucune traces des membres de la Red … ce sentiment de tout à leur me revint, pour moi quelque chose n'allait pas, d'autant plus que l'escouade Red ne pouvait pas avoir disparu face à ces troufions ! M'enfin il fallait que je me concentre, le compte à rebours avait commencé.

Plus que 10sec … 9 … 8 … Les soldats ne se doutaient de rien … 7 … 6 … Chaque membre de la Green avaient déjà une cible, voir deux au cas où … 5 … 4 … 3 … 2 … Je retins ma respiration, relâcha mes épaules, expira en douceur et tira. On entendit les détonations des soldats comme une seule. Les 9 impériaux furent abattu en une salve.


Une minute après, nous étions dans le camp à fouiller, nous trouvâmes enfin des prisonniers aux nombres de 3 seulement. Après les avoir détaché le sergent voulu leur posé des questions mais l'un d'eux dit :


- Vous faite quoi les gars ? C'était un piège ! Nous avons entendu qu'ils voulaient attaquer le complexe !

A ses mots, le sentiment devint clair, nous étions tombé dans un piège qui devait nous divisé. Je devais protéger ma seul famille qui me restais à savoir, mon père. Mon corps réagit instinctivement, je me mis à courir en direction de l'antenne relais, de la fumée s'élevait au loin. J'entendais mes camarades courir après moi et le sergent me donner l'ordre de m'arrêter. Mais je ne pouvais pas resté là sans rien faire, en quelques minutes je sortie de la forêt et pu constaté que la fumée ne s'élevait pas du complexe.

- Stop ! Ne rentre pas seul !

Devant le sas d'entrée j'attendis que le sergent ainsi que deux de mes compagnons me rejoignent. Nous entrâmes sans problème et mon père fut même surpris de nous voir débarquer comme cela. Le jedi n'avait pas bougé d'un poil.

- Ah ! Vous avez fait vite, alors vous les avez retrouvés ?

- Oui, mais ils nous ont dit que les impé voulaient attaquer le complexe. Ce bâtiment n'est pas défendable, nous devons partir ! Dis-je sans prélude.

Une sensation de puissance se manifesta à ce moment, c'est comme une force qui s'abat sur vous et vous écrase, comme si votre corps était plus lourd. Une voix rauque parla alors :

- Ouuuiiii … ! écoutez ce misérable avorton !! fuyiez pour vos vies !!! Mouahahahaha...

Son rire ne s'arrêta pas. Un homme couvert d'une cape noir était dans l'entrée de la salle. Personne ne l'avait vu ou entendu. Néanmoins nous avions tout de suite compris ce qu'il était et ce qui se passait ici. C'était un Sith. Et notre priorité était de protéger les techniciens et mon père.

Oubliant tout autours de moi, je sortis ma dague et fonça sur lui en hurlant un cri de défie. Sa réaction fut calme et rapide, il leva simplement sa main dans ma direction puis vers le mur à sa droite. Une force invisible me souleva alors de terre et je fut plaquer sur le mur, ne pouvant plus bouger même le petit doigt. Une main continuait de me pressé contre le mur, je commençais à étouffer. Je fis que mes compagnons qui étaient entré avec moi se fait repoussé par le Sith qui combattait d'une main.

Puis il se concentra un instant sur mon sort et la force invisible me fit traversé le mur, ma vision commençait à se brouiller, je ne pouvais plus bouger, j'étais tellement épuisé.

La dernière chose que je vis fut mon père accourir vers moi et le Jedi sortir un sabre vert pour se jeter face au Sith.

Puis tout devint noir.

Les seuls bruits que je pu entendre fut des coups de feu venant de l'extérieur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/tavkin-f45/errance-t179.htm
Tavkin

avatar

Messages : 549
Date d'inscription : 07/07/2010
Age : 27
Localisation : erre dans le vaisseau

MessageSujet: Re: Errance   Mar 1 Fév - 19:03

MORT

Noir, tout autour de moi était noir. Je ne sentais plus mes membres, mes bras et mes jambes ne répondaient pas et je ne pouvais pas dire si j'étais allongé, debout ou si je flottais.

C'est après un long moment qu'une gêne, qui devint vite une douleur, se déclara dans ma tête. Elle gagna ensuite mon cou et ma nuque, glissa dans mon dos et finit par mes jambes. Mon corps tout entier me faisait souffrir, j'essayai de crier mais aucun son ne sorti de ma bouche. Il y eu un flash blanc qui m'aveugla. Puis tout se calma en un rien de temps, une vision s'imposa à ma vue.

Un enfant était tenu par un homme que je reconnu comme mon père. J'étais tout bébé et nous étions seuls. Puis je me vis plus âgé, vers les cinq ans, lisant des livres sur les cultures et l'histoire. Je revis mon père me racontant des contes. J'appris à douze ans que je n'étais pas un humain complet, mais plutôt mi-Humain mi-Zabrak. Cela ne changea rien de mon enfance, je ne reçus que la culture humain par mon père, l'autre moité était resté vide à la mort de ma mère. Vers les quinze ans je lis beaucoup sur les Zabrak et me promis qu'un jour je partirais pour Iridonia et ainsi remplir mon autre moitié.

Ces visions se turent aussi rapidement qu'elles avaient commencées. Des sensations me revenaient, un mal de crâne me réveilla. J'étais allongé dans une grotte noir, très peu éclairé, un homme était assis non loin.


- Ha ! Regardé qui revient d'entre les morts. Dit-il.

- Enfin il était temps ! Répondit un homme au loin.

Je me redressa à grand peine, ma tête me faisait le plus souffrir que le reste du corps. Je voulu toucher, voir la cause de cette douleur mais l'homme assis m'interdit dit toucher et dit que mes cornes poussaient. Il était temps …


- Bon on va encore rester planté là ? Dit l'un des soldats

- Doucement, il vient d'arriver. Lui répondit Green 6, l'homme assis près de moi.

Je regarda tour à tour les soldats présent et en dénombra huit hommes, seulement huit. Je ne vis aucune trace du jedi qui avait combattu et de mon père. En pensant à lui ma mémoire revint, je me leva à grand peine et dit :


- Où … où est mon père ?

Personne ne répondit, tous regardaient le complexe fumant visible plus loin. Je compris de suite mais ne voulais pas l'accepter. Je tituba vers la sortie en attrapant au passage quelque chose pour m'en servir de béquille. Je réalisa que c'était un fusil blaster, mais je n'en continua pas moins ma course tant bien que mal. Les autres soldats levèrent le camp et me suivirent sans rien dire.

Se fut très dur pour moi de marcher à travers la forêt et rejoindre le complexe. Après un moment à trébucher, nous arrivâmes au complexe, enfin au ruine du complexe. Rien avait survécu à l'attaque. Et encore ce n'était rien, le sol était recouvert d'un tapis de cadavre, impériaux ou républicains, et teinté de rouge.

Je pénétra dans les ruines à la recherche de mon père, regardant de droite et de gauche, je vis que mes compagnons restèrent dehors, en retrait. J'arrivai enfin à l'endroit où j'avais perdu conscience, mais je découvris à ma place le corps de l'homme qui m'avait sauver, celui du Lieutenant. Celui de mon père.

Mon dernier lambeau d'humanité fut anéanti quand je compris enfin que j'avais échoué, je me mis à pleurer sur son corps, le serrant dans mes bras, criant qu'il ne pouvait m'abandonner maintenant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/tavkin-f45/errance-t179.htm
Tavkin

avatar

Messages : 549
Date d'inscription : 07/07/2010
Age : 27
Localisation : erre dans le vaisseau

MessageSujet: Re: Errance   Sam 4 Fév - 2:36

ESPOIR

J'avais les muscles engourdis, mes joues et mes yeux étaient rouge, creusé des larmes que j'avais pleuré pendant longtemps. Je retirai délicatement l’armure de mon père de son corps, lui laissant sa cape d’officier comme voile pour le couvrir. Après quoi je m’équipai de celle-ci et pris ces dernières possessions, datapad et holocom.

Je parcourais lentement les couloirs détruits, les salles dévastées, errant sans but. Je lisais les données inscrites dans les dossiers personnels de mon père. Il avait des rapports dans tous les sens, des notes personnelles et des fiches sur des personnes importantes. Je reconnus des officiers, des collègues de la République, des sénateurs. Ils avaient tous un descriptif physique, leurs habitudes, leur carrière, leurs fréquentations et sur le portrait de certain une croix rouge était tracé, tandis que d’autres avaient une sorte de cible.

Je ne mis pas longtemps pour comprendre qu’il s’agissait d’une liste de corrompu, de traitre ou d’officier impérial. Mon père avait déjà des doutes sur la République et il enquêtait secrètement sur les agissements de chacun.

A force de parcourir les ruines de la station je finis par sortir, arrivant dans la cour où les morts étaient restés là, allongé, et où mes compagnons m’attendaient. Tous avaient enlevés leur casque. Je pouvais voir la tristesse et la détresse dans leurs yeux. A ma vue, ils formèrent un demi cercle avec moi en son centre. Ils attendaient que quelqu’un les sortent de là et c’était à moi que ce rôle revenait.

- Je ne vais pas vous faire un grand discours inspiré, juste vous dire que nous avons était trahis. Ce n’est pas la République comme je l’ai d’abord pensé mais ces personnes. Dit-je en montrant la plaque de donné. Mon père avait découvert leur secret, des ennemis infiltrés dans la haute société Républicaine, et comme châtiment ils l’ont abattu. Mais je refuse de laisser sa mission inachevée. Pour eux comme pour la République nous somme mort, c’est donc leur d’un nouveau départ.

Je les regardais tour à tour, dans les yeux, chacun des soldats debout face à moi, jugeant leur réaction face à cette révélation. Leur espoir illuminèrent leur yeux, une nouvelle flamme venait de naître de se sentiment inachevé.

- Si vous voulez partir, quitter à jamais les combats, vous des vous prononcer maintenant ou attendre que la mort viennent vous réclamer.

Au début personne ne broncha. Mais une main de leva et Red 4 dit :


- Je suis désoler les gars mais j’en peux plus, j’ai vu trop de mort, j’ai vraiment faillit y passer et je devais prendre ma retraite à la fin de l’année.

- Bien, dit-je, je te comprends et je respect ton choix, tu remettras ton matériel à Green 3 et tu nous accompagneras jusqu’à Orl Mantell où tu pourras repartir à zéro.

- Euh … d’ailleurs hum … chef, on devrait plus utiliser ses codes de couleur d’escouade. On forme une unité, la votre.

Leur attitude avait changés, ils étaient fins près à en découdre et leurs gestes redevinrent assurés. Je pus voir dans leurs yeux une lueur qu’ils avaient perdu, ils étaient fin près à commencer la chasse, la traque, la guerre.

- Bien alors commençons par quitter ce cailloux et rentrons à Orl Mantell, les navettes devraient toujours être dissimulés au sud d’ici.

A ces mots je leur ouvrir la marche et ils me suivirent sans un mot. La route fut longue mais sans accros, les soldats ennemis étaient déjà parti. Il ne restait rien que la désolation. Après trois heure de marche nous retrouvèrent enfin les navettes et les pilotes, resté caché lorsque le complexe fut attaqué. Ils étaient eux aussi heureux de partir pour retourner à la civilisation.

Ma vie fut ensuite entre coupé entre assassinat, libération d’otage et sabotage. Nous agissions seuls sans rendre des compte à qui que se soit.





********************

- Voilà comment débuta ma vie, bien sur je ne vous ai pas tout dis. Une fois sur Ord Matell je retrouva un autre groupuscule qui m’accueillit et avec qui je combattis encore les impériaux.

- Dis je me rappelle pas qu’il soit si nostalgique notre gamin.

- Fait gaffe une seule personne à le droit de l’appeler comme ça.

C’était deux hommes accoudés au bar qui venaient de parler à voix haute. Je ne les avais pas vus rentré, trop absorbé par mon récit. Le premier d’une carrure égale à la mienne avec une barbe mal taillé et des cheveux châtains foncés mi-longs. Il avait un visage carré avec une cicatrice entre son arcade gauche et sa joue. Il portait une tenue de militaire un treillis marron-vert avec un marcel noir, faisant ressortir sa musculature de ces bras. L’autre homme était plus petit et portait une veste kaki sur un t-shirt noir. Un pistolet laser était visible sur sa jambe droite. Je n’eu pas besoin de chercher à qui j’avais à faire.

Je me levai et me planta face à eux, un sourire illuminait mon visage, j’étais au ange, je ne pensais jamais les revoir. J’avais même les larmes aux yeux.

- Que je suis content de vous revoir.

Les deux hommes se retournèrent et nous nous saluèrent chaleureusement d’une accolade à n’en plus finir. Le soldat poursuivis :

- Nous avons réussis à survivre et avec les rares rescapés nous continuons le combat. Et j’ai besoin de toi pour commander les trooper, j’ai confiance et toi, je te connais et je sais ce que tu vaux. Alors qu’en dis-tu ?

- Vous connaissez déjà la réponse colonel ! J’embarque !

- Au fait qu'est-ce t'as foutu ces deux dernière années ?
dit le contrebandier

- Un simple retour aux sources

Après cette forte retrouvaille, mes deux camarades me conduisirent dans un hangar où nous priment une navette. En route ils me briefèrent sur la situation, nous n’avions plus de base seulement un vaisseau nommé l’HEIMATLOS, et je suis l’un de ces soldats.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://heimatlos.forum-actif.net/tavkin-f45/errance-t179.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Errance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Errance
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Quartiers de l'équipage :: "Les Marqués" :: Tavkin-
Sauter vers:  
Design réalisé par DesignWeb Studio Plus
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit